IDS-Verdun

Combattre la crise du logement est un «acte écologiste», clame QS

Alejandra Zaga Mendez, candidate dans Verdun pour Québec solidaire.
Alejandra Zaga Mendez, candidate dans Verdun pour Québec solidaire. Photo: Clément Gaboury

Alors que la date fatidique du 1er juillet est à nos portes, des centaines de locataires à travers la province se retrouveront sans toit, à partir de vendredi.

Une situation que dénonce la candidate dans Verdun pour Québec solidaire, Alejandra Zaga Mendez.

Elle et son parti réclament une importante augmentation du nombre de logements sociaux sur le territoire montréalais, ainsi que l’implantation d’un contrôle des loyers «beaucoup plus strict».

Mme Zaga Mendez estime qu’en contexte d’urgence climatique, l’accès à un logement abordable permettrait de réduire considérablement les émissions de GES.

«Les familles qui quittent Verdun elles s’en vont où? Elles s’en vont plus loin, plus à l’ouest, plus loin des lieux de travail, là où l’offre de transport en commun est moins importante. Quand on pense à la proximité, on pense au développement environnemental, écologique et économique de nos villes», explique celle qui est également présidente de Québec Solidaire.

«On veut permettre aux gens d’habiter dans un centre qui est densifié, proche d’un métro, proche des bixis, d’avoir un mode de vie à une échelle humaine. Et c’est ça le geste le plus écologique qu’on peut faire», poursuit Mme Zaga Mendez.

«Un beau cocktail»

À Verdun, le taux d’inoccupation des logements demeure extrêmement bas tandis que la hausse des prix de loyers continue de gonfler année après année.

Selon le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ), l’augmentation du prix de loyers fluctue entre 3 et 6%, alors que le Tribunal administratif du logement (TAL) recommande une augmentation d’environ 1%.

«C’est un beau cocktail pour pousser les gens soit à la rue, soit au déménagement», se désole Alejandra Zaga Mendez.

«Le TAL propose des taux d’augmentations des prix de loyers, mais ce sont des suggestions. Nous on veut que ça devienne une obligation. On veut enlever de la pression sur les épaules des locataires.»

Logement abordable ou logement social?

Mercredi, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation annonçait la construction de plus de 1700 logements abordables à travers la province.

Le gouvernement du Québec prévoit la création de plus de 3000 logements abordables d’ici trois ans.

Mais le logement abordable est-il réellement… abordable?

«Un logement abordable ça veut dire un logement qu’on peut se payer selon le prix du marché. Mais tu regardes la moyenne du prix courant, et ce n’est pas abordable. Ce n’est pas acceptable», martèle Alejandra Zaga Mendez.

La candidate dans Verdun souhaite une plus grande offre de logements sociaux. Elle dénonce également la fermeture de plusieurs résidences pour personnes âgées (RPA) dans Verdun, dont Les Jardins Gordon qui devraient cesser leurs activités en janvier 2023. Des douzaines de locataires seront relocalisés.

«Les personnes âgées ont un revenu fixe et souvent moins important qu’une personne sur le marché du travail. Et ces personnes ont autant le droit à un toit que les autres», conclut Mme Zaga Mendez.

Accompagné par sa candidate, le chef parlementaire de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois sera présent à Verdun le 1er juillet, afin de discuter de la question du logement avec les citoyens de l’arrondissement.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de IDS-Verdun.

Articles récents du même sujet