IDS-Verdun

Le projet d’un SLR à l’Île-des-Soeurs refait surface

Photo: Collaboration spéciale

Le projet d’un système léger sur rail (SLR) qui relierait la Rive-Sud, L’Île-des-Sœurs et Montréal a refait surface lors d’une conférence de la Chambre de commerce du Sud-Ouest qui réunissait les quatre maires de la région. Un arrêt à L’Île-des-Sœurs a de nouveau été évoqué.

Le maire de l’arrondissement de Verdun, Jean-François Parenteau et le porte-parole de l’opposition officielle pour la Métropole, Jean-François Lisée, participent au même combat: celui de garantir l’obtention d’un système léger sur rail (SLR) qui relierait la Rive-Sud, L’Île-des-Sœurs et Montréal.

Jean-François Parenteau a réitéré l’importance d’obtenir ce SLR, en faisant front commun avec le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais. «Je voulais démontrer mon appui envers mon collègue, car ça n’a pas de bon sens que 1200 autobus doivent passer sur le pont chaque jour», martèle le maire, qui dit vouloir favoriser le transport actif et réduire l’impact de l’émission des gaz à effets de serre.

En entrevue avec Le Magazine, le maire Parenteau répète qu’une gare serait prévue à L’île-des-Sœurs, là où l’ancien péage du pont Champlain se trouve présentement. «Selon une étude, dont vous avez publié les résultats dans votre journal, plus de 50% des Verdunois préfèrent prendre leur automobile pour se rendre au travail. On ne leur donne pas le goût de prendre autre chose présentement.»

Le maire espère vivement que le gouvernement provincial en place décide d’aller de l’avant avec ce projet. Il rappelle que le ministre des Transports, Robert Poëti, devrait faire une annonce dévoilant sa décision en 2015. L’attachée de presse du ministre des Transports a affirmé que ce dernier ne pouvait répondre aux questions avant de mettre sous presse.

Pétition
Le porte-parole de l’opposition officielle pour la métropole, Jean-François Lisée est le parrain d’une pétition hébergée sur le site de l’Assemblée nationale. Celle-ci demande la construction d’un SLR sur le futur pont sur le Saint-Laurent. Au moment de mettre sous presse, cette pétition avait été signée par 2210 citoyens. La pétition peut être signée jusqu’au 22 novembre.

Lorsque le maire Dorais lui a demandé de parrainer la pétition, Jean-François Parenteau n’a pas hésité, ayant toujours cru à la nécessité du projet.

«Les études démontrent que le volume de déplacements requis dans les prochaines années sur le pont Champlain ne peuvent pas être assumées par une flotte d’autobus.»
M. Lisée affirme que la meilleure façon de contrer l’augmentation du nombre de véhicules sur les routes est d’offrir la possibilité aux insulaires et aux résidents de Montréal et de la Rive-Sud d’opter pour un moyen de transport convivial.

«On sait très bien qu’il y a énormément de voitures qui partent de L’Île-des-Soeurs soir et matin pour se diriger au centre-ville. C’est très clairement un gain net pour la réduction de la congestion.»
Le maire Parenteau parle beaucoup du SLR et le sujet lui tient à cœur. «Il faut profiter du fait que l’on construit cette infrastructure pour faire le virage vers le 21e siècle. Reste au gouvernement provincial de suivre en y bâtissant le SLR.»

Pont de service
M. Parenteau est content d’avoir pu participer, en compagnie de trois autres maires à une conférence de la Chambre de commerce du Sud-Ouest, le 6 novembre. Il en a d’ailleurs profité pour parler du SLR et de la construction d’un pont local.

«On sait, par nos négociations avec le gouvernement fédéral, qu’on sera capable d’aller chercher des compensations qui nous permettrons de favoriser le pont local. Pour nous, ça demeure le meilleur moyen de mitigation pendant les travaux [sur le pont Champlain]. Il ne faut pas renvoyer aux calendes grecques le début de la construction.»

Il ajoute que ce pont sera également une bonne façon de favoriser le transport actif. Les résidents de l’île qui voudront marcher vers le métro ou enfourcher le vélo, au lieu de prendre le SLR, pourront le faire.
«L’automobile est très présente, mais l’idée est de servir la population en matière de transport actif, et les cyclistes et piétons», a conclu le maire.

Articles récents du même sujet