IDS-Verdun
11:46 4 août 2015 | mise à jour le: 13 juillet 2021 à 11:25 Temps de lecture: 3 minutes

Danser au rythme des gitans

Danser au rythme des gitans
Photo: (Collaboration spéciale – Miguel Médina)

Les insulaires pourront se transporter tout droit en Europe de l’Est, et ce, à quelques pas de leur maison lors du spectacle en plein air 100% instrumental du groupe Gadji-Gadjo présenté à l’Esplanade de la Pointe-Nord le 4 août.

Gadji-Gadjo est un groupe composé de cinq musiciens compositeurs montréalais. La passion qui les unit depuis plus de dix ans : la musique d’Europe de l’Est. Pour créer leur style unique, les artistes mélangent la musique Rom, Klezmer, tsigane et traditionnelle du Québec.

«Tous les musiciens ont des influences différentes, mais ce qui nous unit c’est l’Europe de l’Est et son type d’harmonie que nous utilisons dans nos compositions. C’est très festif comme musique ou très lent et douloureux», commente Mélanie Bergeron la leader du groupe.

Gadji-Gadjo aime laisser place à l’improvisation en spectacle et réserve quelques surprises aux insulaires. Leur représentation est d’ailleurs divisée en tableau. «Les gens qui ne sont pas habitués à un spectacle instrumental peuvent trouver que la musique se ressemble, mais avec les tableaux ça ajoute beaucoup de variation. On les crée selon nos humeurs. Le spectacle est toujours renouvelé», explique Mme Bergeron.

Mélanie Bergeron, accordéoniste, est la fondatrice du groupe. À ses côtés, on retrouve Benjamin Tremblay-Carpentier à la guitare et aux harmonicas, Pierre-Olivier Dufresne au violon, Mathieu Deschenaux à la contrebasse et Ivan Bamford aux percussions.

Jouer devant les gitans
Leur musique festive a été à l’affiche de nombreux festivals, dont le Festival International de Jazz de Montréal et Le Festival de Théâtre de Sibiu en Roumanie. Dans les villages de gitans en Roumanie, le groupe a d’ailleurs eu une agréable surprise lors de leur passage. Comme de fait, Gadji-Gadjo veut dire étranger chez les Roms en Europe de l’Est.

«Au départ, on ne savait pas trop comment les gitans allaient réagir par rapport à notre musique inspirée de la leur, mais ils ont adoré et ils étaient heureux», se rappelle Mme Bergeron.

Leur premier album éponyme Gadji-Gadjo paru en 2005 s’est vendu à plus de 5000 copies. Le deuxième, Sur le toit des voisins, a quant à lui remporté le prix du «Meilleur album de musique du Monde» aux GAMIQ en 2008 en plus d’être nommé au gala de l’ADISQ pour «Meilleur album instrumental».

Leur troisième opus La folle allure est sorti en 2012 et est composé uniquement de pièces originales du groupe.

Gadji-Gadjo compose actuellement son quatrième album et commencera l’enregistrement à la fin de l’automne. Le projet prévu pour 2015 proposera des pièces moins festives et plus posées avec des mélodies plus lentes.

Articles similaires