Actualités

Légitime défense

Légitime défense
Photo: (Photo: Métro Média – Delphine Bergeron)

L’adolescent accusé du meurtre d’un jeune de 15 ans à L’Île-des-Soeurs en 2016 a été acquitté, vendredi, dans une salle bondée en Chambre de la jeunesse. Après trois jours de délibération, le jury a retenu la thèse de légitime défense.

L’accusé s’est dit soulagé selon son avocat. «C’est un garçon qui a des projets d’avenir, qui va bien à l’école et qui a une tête sur les épaules», a fait savoir Me Tiago Mùrias, satisfait du verdict.

Il avait présenté quatre témoins, dont son client, pour soutenir sa thèse. Le soir du 28 octobre 2016, lors d’une fête d’Halloween au centre communautaire Elgar, des adolescents sans histoire ont été impliqués dans une altercation qui a dégénéré.

«Les deux points les plus importants étaient l’effet de groupe, huit contre un, et le fait que mon client avait été agressé deux fois pendant la soirée», a expliqué Me Mùrias.

Le jeune quittait les lieux lorsqu’il a été rattrapé par un groupe qui le pourchassait. C’est la victime, arrivée le premier, qui a reçu un seul coup de couteau au thorax. Le jeune homme a succombé quelques heures plus tard à l’Hôpital de Montréal pour enfants.

«Mon client est soulagé, ça fait un certain temps qu’il attend cette réponse, il a vécu ça avec maturité.»
— Tiago Múrias, avocat de la défense

«Peut-être que vous vous êtes dit que vous alliez entendre parler de drogue, d’alcool, de règlement de compte et de gang de rue, avait dit au jury la procureure de la Couronne, Anne-Claire Perron, en ouverture du procès. Ce sont plutôt des adolescents qui se sont laissés emporter par leur orgueil, leur agressivité, leur impatience et surtout, le mauvais choix que l’accusé a fait de prendre un couteau d’un ami.»

Le Montréalais maintenant âgé de 17 ans a reconnu les faits, mais avait plaidé non coupable à une accusation de meurtre non prémédité. Quelque 16 témoins, notamment la copine de la victime, ont été entendus. La preuve s’est close le 19 juin.

Le juge Mario Longpré avait donné trois possibilités de verdict au jury, dont coupable de meurtre au deuxième degré et homicide involontaire.

La Couronne n’a pas réussi à convaincre les neuf hommes et trois femmes du jury que l’accusé avait commis un acte illégal et qu’il avait l’intention de causer la mort. On ignore si la décision sera portée en appel.

«Acquitté ou pas, il y a quand même quelqu’un qui est mort. On peut imaginer le sentiment que [la famille] peut avoir. Je pense à eux», a dit Me Múrias.

L’identité de tous les jeunes ne peut être dévoilée parce qu’ils étaient tous mineurs au moment du drame.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *