LaSalle
12:55 9 novembre 2011 | mise à jour le: 9 novembre 2011 à 12:55 temps de lecture: 5 minutes

Contesté, le projet du Quartier de la gare est retiré… pour le moment

Le projet de développement résidentiel du Quartier de la gare, qui prévoit la construction d’environ 1 400 unités d’habitation d’ici les 10 ou 15 prochaines années, est loin de faire l’unanimité auprès des résidents des zones concernées. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs envahi la salle du conseil d’arrondissement lundi soir dernier. La mairesse Manon Barbe a tenté de calmer le jeu en annonçant que le conseil retirait son projet dans sa forme actuelle.

Pour la mairesse Barbe, «nous avons une vision pour le Quartier de la gare pour y créer un T.O.D. (Transit Oriented Development). Un avis annonçant la possibilité de faire une demande de participation à un référendum a été publié le 15 septembre. Mais seulement trois des 12 demandes reçues ont été considérées valides par le service du contentieux. Ces demandes contiennent des revendications dont nous voulons tenir compte. Elles demandent la tenue de soirées d’information, d’études d’impact sur la circulation et le stationnement, le bruit, l’ensoleillement, la pollution, etc. Le processus légal ne permettant pas d’inscrire dans la démarche référendaire ces commentaires de citoyens, le conseil a décidé de retirer le projet tel qu’il a été présenté. Mais nous ne l’abandonnons pas. Nous allons attendre d’avoir des projets concrets de la part de développeurs, avant d’entreprendre des changements au règlement de zonage. Nous pourrons alors présenter des perspectives aux citoyens, qui pourront se faire une idée précise du développement en devenir.»

Une opposition grandissante

Les opposants s’inquiètent des impacts qu’entraîneraient autant de nouvelles habitations. Le règlement aurait permis aux promoteurs de construire des édifices pouvant aller jusqu’à 12 étages dans certaines zones. Ils dénoncent la procédure mise de l’avant, d’abord avec l’annonce d’une consultation publique en août, alors que plusieurs étaient en vacances. Puis, avec une séance de consultation de 45 minutes, le 6 septembre dernier, alors que les citoyens n’ont eu qu’une vingtaine de minutes pour soulever des questions.

Une période de questions animée

La mairesse Barbe a choisi de donner d’abord la parole aux gens qui ne sont pas des habitués des séances du conseil, ce qui a soulevé la colère des intervenants réguliers qui s’étaient pourtant inscrits les premiers. Furieux, quelques-uns ont crié à l’injustice. Le citoyen Michel Benoit, qui insistait pour exercer son droit de parole, a été expulsé sur ordre de la mairesse et escorté à l’extérieur de la salle par deux policiers.

Mme Sonja Susnjar, qui a circulé de porte en porte pour récolter plus de 200 signatures de personnes qui s’opposent au projet, a manifesté ses inquiétudes devant la venue possible «de 2000 véhicules supplémentaires dans une zone désenclavée.»

Kim St-Pierre a voulu s’assurer que le projet était «mis sur la glace». La mairesse a répondu «qu’en fait, il n’y avait pas de projet concret. On voulait redéfinir le développement du secteur parce que deux compagnies ont fermé leurs installations. Les gens sont venus nous questionner sur des projets de construction qui n’existaient pas. Quand un projet concret va arriver, on pourra enclencher le processus et quand on fera une présentation publique, on pourra dire aux gens les différents impacts. On prend une méthode plus traditionnelle, projet par projet.»

Deux intervenants se sont interrogés sur l’avenir de l’usine Fleischmann. La mairesse a répondu que le «terrain de cette usine est zoné résidentiel depuis 1988, mais que tant et aussi longtemps qu’elle sera en opération à cet endroit, elle est en droits acquis.»

Mme Barbe souligne que les terrains des deux compagnies qui ont fermé leurs portes n’est pas zoné résidentiel et que le zonage devra y être changé. «On va partir bas et quand on arrive vers la bretelle du pont Mercier, on ira plus en hauteur parce que ce sera loin des maisons existantes. Pour les dix prochaines années, on va s’attaquer au secteur Wanklyn, Jean-Milot, Des Oblats et Lafleur.»

Roland Laforce affirme qu’avec les nouvelles taxes provenant de ces projets, «nous payons les infrastructures mais c’est la grande ville qui collecte.» La mairesse a rétorqué que l’arrondissement va recevoir, dans sa dotation, un surplus d’argent en compensation.

Pour sa part, Yves Daoust a déclaré «qu’une fois le processus de changement de zonage enclenché, les citoyens n’auront plus rien à dire. Vous dites que c’est une vision sur 10 ou 15 ans, alors c’est quoi l’urgence de changer le zonage maintenant?» De son côté, Francisco Moreno a demandé aux élus de tenir compte des écoles et des parcs dans ce projet.

Le projet du Quartier de la gare prévoit le déplacement de la gare LaSalle dans l’axe Wanklyn, la relocalisation du terminus d’autobus au coin Wanklyn et Lafleur. Sur le plan résidentiel, on parle d’un potentiel total de 1 400 unités de logements; pour l’îlot compris entre Jean-Milot et Wanklyn: 750 unités, et pour celui compris entre les rues Airlie/Stinson/Wanklyn: 650 unités.