Le Plateau-Mont-Royal
12:53 3 septembre 2020 | mise à jour le: 3 septembre 2020 à 12:53 temps de lecture: 3 minutes

Retour des véhicules fin septembre sur Mont-Royal

Retour des véhicules fin septembre sur Mont-Royal
Photo: Josie Desmarais/MétroL'avenue Mont-Royal piétonisée

Convertie à la piétonnisation à l’instar d’autres artères commerciales de la métropole, l’avenue du Mont-Royal retrouvera sa configuration usuelle d’ici quelques semaines. L’aménagement sera retiré à la fin du mois.

«La piétonnisation de l’avenue du Mont-Royal, comme les autres voies actives sécuritaires, est un aménagement temporaire et estival qui a été déployé en un temps record pour répondre aux exigences sanitaires dans le contexte de la pandémie», rappelle le cabinet du maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Rabouin.

Avec l’arrivée de l’automne, on indique que la piétonnisation prendra fin, tel que prévu et demandé par la Société de développement commercial (SDC) de l’Avenue du Mont-Royal, à la fin septembre.

Si l’échéance du 1er novembre avait d’abord été lancée, la direction de la SDC précise qu’il était convenu de déterminer le meilleur moment pour rouvrir la rue et mettre un terme à l’expérience.

«C’était clair depuis le début que, quand viendrait le temps de trouver une date pour terminer le projet, on s’entendrait avec l’arrondissement pour que ça ait du sens pour tout le monde, explique le directeur général de la SDC de l’Avenue du Mont-Royal, Claude Rainville. C’est une date de fin. Il n’est pas arrivé un événement en particulier qui fait qu’on arrête plus tôt que prévu, c’est simplement qu’il faut le planifier.»

Avec la rentrée scolaire et la ligne d’autobus qui reprend son cours sur l’artère, le moment est bien choisi selon lui. «Il y a un retour aux habitudes et toute bonne chose a une fin.»

Fréquentée

Les chiffres enregistrés par les compteurs témoignent de l’achalandage recensé au cours de l’été. L’administration du Plateau-Mont-Royal parle d’un «véritable succès», avec des moyennes hebdomadaires variant entre 16 300 et 17 400 piétons.

«En plus des sondages et des mesures d’achalandage piéton, plusieurs outils d’évaluation ont été mis en place par la Ville de Montréal afin de dresser un bilan complet de cette expérience, qui tiennent compte de la sécurité, de la satisfaction des utilisateurs et des commerçants, des ventes au détail, de l’accessibilité universelle et de la qualité du design des aménagements», souligne l’arrondissement.

Ces études sont nécessaires afin d’obtenir le portrait réel, estime le directeur de la SDC de l’Avenue du Mont-Royal. «Il faut aller chercher des données pour ajouter de l’objectivité à tout ça. En faire l’analyse et parler à nos membres. Comment ça se compare avec d’autres quartiers? Les gens qui ont fréquenté l’avenue, est-ce qu’ils ont aimé ça?», questionne M. Rainville.

Plusieurs citoyens et commerçants ont manifesté la volonté de pérenniser cet aménagement pour les étés suivants, rapporte l’arrondissement. Avant de l’envisager, les données recueillies seront analysées et une consultation permettant d’inclure le public dans ces réflexions sera aussi menée.

Articles similaires