Le Plateau-Mont-Royal

Le règlement d’urbanisme du Plateau-Mont-Royal revu et corrigé

commerces Avenue du Mont-Royal
Des passants devant un populaire restaurant de l'avenue du Mont-Royal, l'été dernier. Photo: Josie Desmarais/Métro

Après avoir reçu les commentaires de plusieurs citoyens, Le Plateau-Mont-Royal a décidé de bonifier son projet de règlement relatif aux secteurs de la restauration et des bars. Quelques modifications, dont une hausse des exigences en matière d’accessibilité universelle, ont donc été apportées au règlement d’urbanisme de l’arrondissement.

En janvier dernier, le maire Luc Rabouin avait déjà présenté plusieurs modifications majeures à ce règlement d’urbanisme lors d’une séance extraordinaire du conseil d’arrondissement. Parmi ces changements figurait la mise en place de mesures pour contrer le phénomène des locaux commerciaux vacants. De plus, les restaurants et bars allaient dorénavant avoir le droit de doubler la superficie de leur terrasse privée.

Le projet venait aussi autoriser les commerces à opérer un «café-terrasse» sur leur terrain privé pendant la période hivernale, entre le 1er novembre et le 30 avril. Il était aussi prévu de donner le choix aux restaurants, bars et cafés d’avoir une terrasse aussi grande que la superficie de leur commerce s’ils le désirent, contre 50% de celle-ci précédemment.

Depuis l’adoption du règlement le 15 janvier dernier, une séance d’information publique virtuelle s’est tenue le 4 février. L’arrondissement a également recueilli les commentaires des citoyens par le biais d’une consultation écrite. Les ajustements ont donc été apportés à partir de ces informations.

Ajustements

Lors du conseil d’arrondissement du 8 mars, le second projet de règlement a été adopté. En voici les principales modifications: 50 % du mobilier d’un nouveau café-terrasse ou d’une bulle hivernale devra être accessible universellement. Les quotas de bars et de restaurants de certains secteurs sont revus à la baisse.

Quant aux intervalles exigés entre les bars ou les brasseurs artisanaux, un terrain sera compté pour chaque 7 m de largeur pour tous les terrains d’une largeur supérieure à 15 m. Cette décision a été prise en tenant compte de la largeur atypique de certaines propriétés.

D’autre part, les terrasses en cour arrière ne seront pas autorisées. Seulement celles à l’avant des commerces le seront.

Sur la rue Rachel Est, le zonage de faible intensité sera maintenu.

Dans une publication sur son compte Facebook, le maire Rabouin a annoncé que l’arrondissement reconduit la possibilité d’avoir de plus grandes terrasses au coût de 50$ pour la saison. Le coût d’une terrasse sur rue varie en général entre 3 500$ et 15 000$ par saison. Cette décision a été prise afin d’assurer la survie des commerces locaux du secteur, soutient-il.

Tous les documents en lien avec le projet de règlement 2020-13 peuvent être consultés sur le site web de la Ville.

Articles récents du même sujet