Soutenez

«Pacific Palisades» : enquête sur un agent secret extraterrestre  

Pacific Palisades est présenté au Centre de Théâtre d'Aujourd'hui du 18 octobre au 5 novembre. Photo: Gracieuseté, Nicolas Descoteaux

Si vous vous intéressez aux faits divers étranges, la pièce Pacific Palisades, actuellement présentée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, s’adresse à vous.  

Pacific Palisades est un quartier de Los Angeles où le corps sans vie de Jeffrey Alan Lash a été retrouvé dans sa voiture en 2015. Ouin pis?, se demanderont certain.e.s. Eh bien, en plus de posséder un arsenal de 1200 armes et deux tonnes de munitions, cet Américain de 60 ans avait convaincu son entourage qu’il était un agent secret mi-homme, mi-extraterrestre. 

Ce sont d’ailleurs la petite amie de Lash et l’assistante de celle-ci qui ont abandonné le corps de l’homme dans sa voiture afin de respecter ses dernières volontés. En effet, Jeffrey Alan Lash aurait affirmé à sa compagne que ses employeurs – une mystérieuse « agence gouvernementale » – prendraient tout en charge après sa mort. Quinze jours plus tard, le corps n’avait toujours pas été récupéré

Un enfant des années 1980 

Ce n’est pas la première fois que le dramaturge Guillaume Corbeil s’intéresse à une histoire flirtant avec la science-fiction, ayant entre autres adapté pour le Théâtre Denise-Pelletier le célèbre roman d’Aldous Huxley Le meilleur des mondes

«C’est le lot d’un enfant des années 1980», précise Guillaume Corbeil pour expliquer cet intérêt pour la science-fiction.

J’ai pleuré pour E.T., j’avais des draps du Retour du Jedi, j’avais des figurines et des Lego de l’espace. 

Guillaume Corbeil, auteur de Pacific Palisades

Ainsi, lorsqu’il prend connaissance de ce fait divers, il y voit tout de suite un potentiel dramaturgique. 

«Je sentais qu’il y avait le potentiel d’aller jouer dans un terrain que j’aime bien et qu’on ne voit jamais au théâtre. Je me suis gâté, j’ai doublé ce fait divers avec un autre fait divers d’un amateur de Star Wars.» 

Datant également de 2015, cette autre histoire concerne Daniel Fleetwood, un homme de 32 ans fan de Star Wars atteint d’un cancer incurable qui craignait de mourir avant de voir l’épisode 7 de cette saga culte. Il a donc fait des pieds et des mains pour voir ce film et est finalement parvenu à visionner une version non finalisée plus d’un mois avant sa sortie officielle. Il est décédé à peine quelques jours plus tard. 

Daniel Fleetwood devient donc l’un des protagonistes de la pièce Pacific Palisades, ce dernier partageant un Airbnb avec le personnage principal parti à Los Angeles pour mener une enquête sur Jeffrey Alan Lash. Un ajout intégré judicieusement et qui enrichit le récit autant d’un point de vue thématique que dramatique.

Dans Pacific Palisades, Evelyne de la Chenelière incarne Guillaume Corbeil et enquête sur un individu mystérieux. Photo: Nicolas Descoteaux

Un besoin de fiction 

La pièce devait au départ être présentée en avril 2020, mais pandémie oblige, les représentations québécoises ont été repoussées, au point où Pacific Palisades a fait une première tournée en France avant de venir à Montréal. 

«La pièce parle de notre besoin de fiction, de notre besoin d’échapper au réel pour réussir à l’habiter», soutient Guillaume Corbeil. 

Pour aborder cette thématique, l’auteur décide de partir de lui et de se mettre en scène, ce qui l’amène à jouer avec le code du documentaire et du récit d’enquête. Frappé par une rupture récente, Guillaume Corbeil cherche donc à échapper au réel en partant à Los Angeles sur les traces de Jeffrey Alan Lash.

Fait inusité, c’est la comédienne Evelyne de la Chenelière qui incarne Guillaume Corbeil sur scène et qui mène l’enquête à propos de Jeffrey Alan Lash. 

Un comédien masculin a été envisagé au départ, mais le metteur en scène de la pièce, Florent Siaud, arrive un jour avec cette proposition. À l’époque, Guillaume Corbeil est toujours en processus d’écriture et l’idée d’être incarné par Evelyne de la Chenelière le déstabilise au départ. Mais, après «quelques maux de tête», cette proposition finit par nourrir sa création. 

«C’est devenu une contrainte qui a été bien génératrice d’écriture, donc ç’a été le fun», admet-il. 

Seule sur scène, Evelyne de la Chenelière interagit avec des enregistrements audio et vidéo, mais incarne également les différentes conquêtes de Jeffrey Alan Lash sans que le public soit brusqué par ces changements de ton. Les transitions entre les différents personnages sont en effet d’une fluidité bluffante, au point où progressivement, à l’instar de Guillaume Corbeil, on ne fait plus la distinction entre la fiction et le réel, permettant d’échapper à notre quotidien, du moins le temps de la pièce.

Étant donné que les billets de Pacific Palisades se sont vendus comme de petits pains chauds et que toutes les représentations affichent complet, trois supplémentaires ont été ajoutées à la programmation, les samedis 22 et 29 octobre, ainsi que le samedi 5 novembre à 20h. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine un résumé de l’actualité du Plateau – Mont-Royal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.