Montréal-Nord
15:00 29 janvier 2020 | mise à jour le: 29 janvier 2020 à 15:04 temps de lecture: 3 minutes

Le Comité logement de Montréal-Nord maintenant sur la rue Lapierre

Le Comité logement de Montréal-Nord maintenant sur la rue Lapierre
Photo: Olivier Faucher - Métro MédiaJacynthe Morin et Rémi Jean-Lefebvre, organisateurs communautaires pour le Comité logement de Montréal-Nord.

Les très nombreux locataires du secteur nord-est ont désormais un meilleur accès à l’aide qu’offre le Comité logement de Montréal-Nord, grâce à un nouveau point de service que celui-ci a récemment ouvert sur la rue Lapierre. Une annonce qui fait dire «enfin» aux employés du Comité qui souhaitaient depuis longtemps être présents dans ce secteur aux prises avec des enjeux majeurs en termes de logement.

C’est à la fois grâce à une nouvelle subvention de 27 000$ de la Fondation BÉATI et à l’augmentation du financement annuel du gouvernement provincial annoncée cet été que le Comité a enfin eu les moyens de s’offrir un local supplémentaire.

Inauguré tout récemment, il est situé dans un appartement du 11 991, rue Lapierre. L’immeuble appartient à la Société d’habitation populaire de l’Est de Montréal (SHAPEM), avec laquelle le Comité a conclu une entente.

Le financement permet au Comité de louer ce local jusqu’en 2021, mais l’organisme compte tout faire pour y rester.

«Beaucoup de besoins»

Depuis qu’il existe, une importante proportion des demandes reçues par le Comité provient de locataires du nord-est, même si son unique bureau était sur l’avenue Garon, à plusieurs kilomètres de ce secteur.

«On se disait que la distance était quand même un frein pour les gens du nord-est», explique Jacynthe Morin, organisatrice communautaire pour le Comité depuis neuf ans.

Ce quartier, l’un des plus densifiés au Canada, est composé en majorité d’immeubles à logement vieux de plus de 40 ans, et est habité par 91% de locataires, selon le Comité. Ceux-ci seraient particulièrement touchés par des problématiques majeures.

«Il y a beaucoup d’insalubrité, beaucoup de nouveaux arrivants qui ne connaissent pas leurs droits, qui ont signé un bail super cher en pensant que c’est la norme. Il y a aussi des enjeux de discrimination et de harcèlement», pointe Rémi Jean-Lefebvre, nouvel organisateur communautaire pour le Comité.

«Ces problèmes touchent les gens du nord-est en proportion importante» -Jacynthe Morin, organisatrice communautaire

Le rôle du Comité logement, celui de soutenir et d’aider les locataires dans leurs démarches pour faire respecter leurs droits, promet donc d’être particulièrement utile au quartier. «Une fois qu’on se sera fait connaître, ça va créer un gros achalandage», prédit M. Jean-Lefebvre.

Au-delà de l’aide individuelle, les organisateurs souhaitent également que l’organisme devienne un véhicule de mobilisation pour les locataires du quartier afin de «faire changer les choses au niveau des enjeux plus globaux et structuraux», soutient Mme Morin.

Un service sans rendez-vous, exclusif au secteur nord-est, est offert dès maintenant par l’organisme.

Articles similaires