Montréal
16:54 28 avril 2020 | mise à jour le: 29 avril 2020 à 08:12

Coronavirus: la DRSP ira tester à Montréal-Nord

Coronavirus:  la DRSP ira tester à Montréal-Nord
Photo: Archives MétroLa directrice régionale de la santé publique, Mylène Drouin

La Direction régionale de la santé publique de Montréal (DRSP) a annoncé qu’elle mettrait en place une stratégie de dépistage ciblée à Montréal-Nord «dans les prochains jours», alors que l’arrondissement est le territoire le plus touché par le coronavirus sur l’île de Montréal.

L’annonce a été faite par la directrice de la DRSP, Mylène Drouin, lors d’un point de presse tenu cet après-midi. La forme que prendra ce dépistage sera annoncée à la population dans les prochains jours.

«Ça va faire partie de notre stratégie de tester davantage, pas juste dans les quartiers chauds, mais dans l’ensemble de l’Île de Montréal» -Mylène Drouin, directrice de la DRSP

Dre Drouin a mentionné que les secteurs Rivière-Des-Prairies et Saint-Michel qui ont également «des courbes épidémiques très différentes du reste des quartiers», feront aussi l’objet d’une opération de dépistage ciblée.

Inquiets de la situation dans l’arrondissement, des personnalités politiques et des citoyens de Montréal-Nord avaient hier demandé publiquement, entre autres, l’ouverture d’une clinique de dépistage sans rendez-vous dans leur quartier.

La DRSP a aussi annoncé qu’elle distribuerait 50 000 masques à des personnes vulnérables, alors que l’économie rouvrira graduellement.

Plus de travailleurs de la santé

Selon la DRSP, le premier facteur expliquant la forte hausse à Montréal-Nord est que plusieurs personnes infectées ont contracté le coronavirus sur leur milieu de travail

Il y a notamment une surreprésentation des travailleurs de la santé infectés dans le secteurs. En moyenne, à Montréal, ceux-ci représentent 15% des cas, alors qu’à Montréal-Nord, ce taux atteint 23%.

Les éclosions dans les CHSLD et les RPA, combinées avec les travailleurs de la santé représentent plus 40% des cas à Montréal-Nord.

«Il y a beaucoup de travailleurs à Montréal-Nord qui font partie des travailleurs essentiels», a mentionné Mme Drouin, en soulignant qu’il y avait des éclosions dans le secteur de l’alimentation.

D’autres facteurs, tels que la densité de la population, le faible nombre de parcs et la distanciation sociale «difficile» dans certains commerces ont été évoqués par Dre Drouin pour expliquer la situation dans le quartier.

«Selon nous, c’est multifactoriel, mais ça doit se travailler avec plusieurs stratégies de front pour faire fléchir la courbe qui, malheureusement, se démarque des autres quartiers.», a-t-elle affirmé.

Articles similaires