Soutenez

Écrasement d’avion: «On ne sait jamais quand c’est le dernier au revoir»

Joey Valcin devant un podium lors d'un point de presse sur la mort de son père Gamaniel Valcin, mort en Haïti lors d'un écrasement d'avion.
Joey Valcin demande aux autorités de rapatrier le corps de son père le plus tôt possible. Photo: Anouk Lebel/Métro

La famille de Gamaniel Valcin, victime de l’écrasement d’un avion en Haïti, demande aux autorités canadiennes de rapatrier son corps dans les plus brefs délais. Il s’agit d’un second deuil en quelques mois pour la famille, déjà éprouvée par la perte de Riley Vacin, qui a perdu la vie dans un accident de travail le 25 décembre à la Grande Roue de Montréal.

«Quand vous leur dites au revoir, assurez-vous de dire aux gens que vous les aimez, ils peuvent partir n’importe quand», a déclaré Joey Valcin en conférence de presse, jeudi, à l’école secondaire Henri-Bourassa. Il se trouvait au même endroit la semaine dernière pour une cérémonie en hommage à son frère de 22 ans, qui a reçu une médaille de l’Assemblée nationale du Québec à titre posthume.

Mercredi matin, Joey Valcin déposait son père à l’aéroport Montréal-Trudeau pour un vol vers Port-au-Prince. «J’ai pris le temps de lui serrer la main et de lui donner un gros câlin», a-t-il raconté. Pendant la fin de semaine de Pâques, ils avaient passé du temps ensemble, dormi ensemble même.

«Il m’a dit: “je veux que mon fils dorme avec moi”, un peu comme s’il pressentait quelque chose.  […] Il me montrait des photos de moi, il me disait qu’il était fier de moi, qu’il m’aimait», a-t-il expliqué. Son père s’apprêtait à fêter ses 57 ans le 29 avril.

La priorité de la famille est que le corps de M. Valcin soit rapatrié au pays le plus tôt possible. Le bureau du député fédéral de Bourassa, Emmanuel Dubourg, a entrepris des démarches auprès des autorités haïtiennes à cet effet.

«La situation en Haïti ne me permet pas de me rendre sur place pour lui rendre un dernier hommage», a expliqué Joey Valcin. Il a souligné avoir vu des images montrant que la dépouille de son père n’avait pas été respectée. Elle se trouve maintenant en sécurité dans une morgue à Port-au-Prince, a-t-il indiqué.

Soutien

La mairesse de Montréal-Nord, Christine Black, ne voulait pas y croire quand elle a appris la nouvelle. «C’est surréel. Il était ici, assis à côté de moi il y a une semaine», a laissé tomber l’élue d’Ensemble Montréal.

Elle assure tout son soutien à la famille, notamment à la femme de M. Valcin, Micheline Casseus.

C’est une tragédie. J’ai une pensée pour elle, une pensée pour toute la famille, les proches. Il n’y a pas de mot, à part souligner qu’on va assurer notre présence et notre soutien.

Christine Black, mairesse de Montréal-Nord

Pour sa part, la députée de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille, demande aux autorités québécoises, canadiennes et haïtiennes de rapatrier le corps de M. Valcin aussitôt que possible.

«Cette famille-là a vraiment souffert, il faut rapatrier le corps le plus rapidement possible. C’est d’une tristesse sans nom. J’offre toutes les condoléances à la famille», a déclaré l’élue libérale en entrevue téléphonique, de l’extérieur du pays.

Elle a assuré la famille Valcin du soutien de son bureau de circonscription, entre autres dans le tumultueux processus du rapatriement du corps.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine un résumé de l’actualité de Montréal-Nord.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.