Soutenez

Montréal-Nord: un Plan vélo 2023 qui déçoit les citoyens

La mairesse Christine Black a répondu à l’invitation de Jean-François Gagné, de l’Association pour la mobilité sécuritaire de Montréal-Nord, le 12 juin. Photo: Gracieuseté, Jacques Lebleu

Alors que Montréal-Nord ne compte toujours pas de pistes cyclables sécurisées autres que sur le boulevard Gouin, l’Arrondissement présentait virtuellement aux citoyens son Plan vélo 2023, le 27 septembre. Un plan qui a laissé la plupart des citoyens sur leur faim.

La rencontre a débuté avec la présentation des nouveaux axes cyclables que l’Arrondissement prévoit demander à la Ville-centre le 30 septembre. Ces nouvelles pistes seront aménagées à quatre endroits spécifiques, soit sur les rues Prieur, Amos et des Récollets ainsi que sur l’avenue Salk.

Axes des pistes cyclables prévues dans le Plan vélo 2023 de Montréal-Nord. Gracieuseté: Arrondissement de Montréal-Nord

Pour chacune de ces pistes, le retrait de places de stationnement, l’installation de bollards, l’ajout de peinture et le changement de direction de certaines rues ont été suggérées pour permettre une meilleure cohabitation entre cyclistes et automobilistes et garantir la sécurité des usagers des pistes cyclables.

«La Ville de Montréal souhaite qu’il y ait une continuité des pistes avec les arrondissements adjacents, notamment Ahuntsic-Cartierville et la piste cyclable sur Prieur. Dans notre cas, nous voulions entendre les propositions des citoyens de l’arrondissement pour que les nouvelles pistes cyclables atteignent un degré d’acceptabilité sociale pour Montréal-Nord», a soutenu Jérôme Vaillancourt, directeur de l’aménagement urbain et des services aux entreprises à Montréal-Nord.

Un plan jugé insuffisant

Un sentiment de frustration était palpable dans l’assistance à la suite de la présentation, plusieurs citoyens étant déçus de l’absence de propositions de pistes cyclables sécurisées, un état de fait jugé irresponsable par certaines personnes et quelques représentants d’organismes présents, dont Hoodstock, Paroles d’excluEs et la Table de quartier de Montréal-Nord.

Plusieurs ont pris la parole pour critiquer le plan, notamment le fondateur de l’Association pour la mobilité active de Rosemont–La Petite-Patrie, Pierre Rogué, qui l’a écorché pendant plusieurs minutes.

Une chaussée désignée, ce n’est pas de l’aménagement, c’est de la signalisation. La sécurité du public n’est pas assurée avec les plans et je crois qu’il y a des problèmes déontologiques majeurs. Je n’aurais aucun problème à faire appel aux autorités ou à l’ombudsman et aller devant les tribunaux pour contester la mise en place de ces pistes cyclables

Pierre Rogué, fondateur de l’Association pour la mobilité active de Rosemont-La Petite-Patrie, après la présentation du Plan vélo

Une autre participante a de son côté soutenu que le manque d’inclusivité des plans de l’Arrondissement découle d’un manque de vision et de compréhension des réalités liées à l’insécurité des femmes immigrantes dans Montréal-Nord, même si ces dernières composent pourtant une portion démographique non-négligeable.

Encore du travail à faire

Le Plan vélo 2023 était attendu depuis 41 ans par les citoyens de l’arrondissement, notamment l’Association pour la mobilité sécuritaire de Montréal-Nord (AMSMN), qui a toujours affiché un esprit de collaboration avec les élus municipaux afin de mettre sur pied des pistes cyclables sécurisés, autant dans un axe nord-sud qu’est-ouest.

À ce titre, l’Arrondissement avait préalablement présenté le plan à l’Association, lui sollicitant des commentaires et des demandes d’amendements afin que le plan final reflète les priorités des gens.

Jean-François Gagné, porte-parole de l’Association, s’est dit déçu de ce qu’il a vu dans le plan présenté le 27 septembre malgré des discussions préalables. « Quand on s’est réuni pour en parler, j’ai remarqué qu’on partageait tous des craintes quant à la sécurité des nouvelles pistes cyclables proposées. Ce que proposait l’Arrondissement était loin de ce pourquoi nous avons manifesté en juin », a raconté M. Gagné en entrevue avec Métro.

Un bon départ

Le conseiller de la Ville Abdelhaq Sari, pour qui ce dévoilement était important pour ouvrir un dialogue, a quant à lui qualifié la présentation de «réussite» sur le plan de l’engouement des gens présents.

«Il faut saluer la participation citoyenne, qui a été passionnée et intéressée par le sujet. On a pu colliger beaucoup d’informations grâce aux interventions du public et on sentait qu’il y avait une volonté de changement», a-t-il affirmé.

La bonne volonté de l’Arrondissement et des citoyens est cependant confrontée au problème du cadre bâti de Montréal-Nord, axé sur l’automobile, a-t-il déploré.

«À Montréal-Nord, le transport en commun est plus déficient et il n’y a pas de métro. Donc, c’est normal que les gens utilisent davantage la voiture. Il y a plusieurs rues dotées d’entrées charretières à chaque quinze mètres et cela crée des difficultés d’aménagement de pistes cyclables sécuritaires. À cela s’ajoute le stationnement qui peut causer des frustrations chez nos concitoyens.»

Le conseiller est confiant qu’une première piste cyclable sécurisée sera opérationnelle dès 2023.


Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine un résumé de l’actualité de Montréal-Nord.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.