Rosemont
18:38 30 juillet 2020 | mise à jour le: 30 juillet 2020 à 18:38 temps de lecture: 2 minutes

Technopôle Angus: une nouvelle infrastructure pour développer la chimie verte

Technopôle Angus: une nouvelle infrastructure pour développer la chimie verte
Photo: Courtoisie / Collège de MaisonneuveDessin d'une vue intérieure du futur HPCI.

Une infrastructure facilitant la mise en marché de produits issus de la chimie verte sera implantée dans le Technopôle Angus en 2022, en partenariat avec le Collège de Maisonneuve.

Rattaché au Collège de Maisonneuve, le Hall pré-commercial intégré (HPCI) viendra notamment compléter les activités du Centre d’étude des procédés chimiques du Québec (CÉPROCQ).

Ce centre collégial de transfert et technologie (CCTT) créé par le cégep œuvre depuis plus de 20 ans dans le domaine de la chimie verte, accompagnant les PME dans la recherche de procédés durables.

«Au lieu d’être à base de pétrole, la chimie verte utilise des matières premières renouvelables. Elle évite les produits toxiques et vise le zéro déchet», explique Yacine Boumghar, directeur du CÉPROCQ.

Avec cette nouvelle infrastructure, le Collège de Maisonneuve souhaite aller plus loin dans l’accompagnement des PME.

Dynamiser l’est de Montréal

À mi-chemin entre le laboratoire de recherche et le hangar industriel, le HPCI devrait voir le jour au printemps 2022. Une entente conclue entre la Société de développement Angus (SDA) et le Collège de Maisonneuve a récemment accéléré la mise en marche du projet.

«Ce projet s’inscrit parfaitement dans notre volonté de mener une transition écologique dans l’est. Cette logique de réduction des déchets et de la pollution nous a tout de suite interpellés», raconte Christian Yaccarini, président et chef de la direction de la SDA.

De plus, le projet estimé à 40 M$ est selon lui un signal concret, un pas vers un véritable développement dynamique de l’est de Montréal. Le Ministère de l’Économie et de l’Innovation devrait financer 80 % du projet. Les 20 % restants seront comblés par des investissements privés.

«Cela pourrait inciter les PME à venir dans le secteur. Pour les jeunes qui sont dans les cégeps de l’est, c’est aussi la preuve que la chimie verte est un domaine d’avenir», ajoute M. Yaccarini.

Le HPCI sera construit dans le Technopôle Angus, au coin des rues Molson et William-Tremblay.

Articles similaires