Rosemont
13:02 13 août 2020 | mise à jour le: 13 août 2020 à 15:37 temps de lecture: 3 minutes

Jouer en famille dans les parcs de Rosemont avec CooPère

Jouer en famille dans les parcs de Rosemont avec CooPère
Photo: Zoé Magalhaès / Métro MédiaLa mini-disco de CooPère au parc Joseph Paré

Spécialisé dans les enjeux liés à la paternité, l’organisme CooPère offre cet été des activités gratuites à destination des familles dans les parcs de Rosemont.

Reconnaissables par leurs costumes de Mario et Luigi, Benjamin Loville et Louis Cornillaut de l’organisme CooPère invitent les enfants et leurs parents à partager des moments de jeux. Alternant entre les parcs Joseph-Paré et Lafond, ils animent ensemble des jeux autoproduits par CooPère.

Mini-disco, contes interactifs, chasse au trésor, ils ne manquent pas d’imagination pour divertir les petits comme les grands.

«Nos activités s’adressent un peu à toutes les tranches d’âge. Pour la mini-disco, ça pourrait être à partir de 3 ans par exemple et jusqu’à 12 ou 13 ans pour la chasse au trésor», explique Benjamin Loville, animateur spécialisé chez CooPère.

Pour l’organisme, aussi accompagné par la Mob’île du coin, c’est l’occasion de rencontrer les familles du secteur dont les pères ne connaissent pas tous l’organisme.

«L’été, les activités sont plus largement familiales, mais le reste de l’année on se concentre vraiment sur les papas. Les mamans sont bien sûr nos alliées et se sont souvent elles qui parlent de nous autour d’elles», souligne M. Loville.

Soutenir les pères

Tout au long de l’année, CooPère propose à ses membres des activités et ateliers pour les aider à s’épanouir dans leur paternité. Massages papa-bébé, soirées Entre-Pères, distribution de boîtes à lunch, les activités sont nombreuses et variées.

«Le but c’est de donner aux papas certains outils et de créer des moments privilégiés à partager avec leurs enfants», ajoute M. Loville.

Unique en son genre dans l’arrondissement, CooPère offre aussi un soutien individuel pour les pères qui rencontrent des difficultés. Les membres de l’équipe les écoutent et les conseillent, pouvant les diriger vers d’autres ressources au besoin.

«Les organismes comme le nôtre sont plutôt rares. À Montréal on compte seulement deux organismes spécialisés dans la paternité», précise l’animateur spécialisé.

Confinement et coparentalité

Confinés en famille, et parfois en télétravail, les parents ont dû faire face à de nombreux défis depuis le début de la pandémie. Pour leur venir en aide, CooPère a proposé pendant des semaines des activités en ligne pour distraire les enfants et permettre aux parents de souffler.

Les contes interactifs présentés en Facebook live ont connu un succès particulier. Construits avec les participants autour d’un thème choisi, ils ont attiré plusieurs milliers d’internautes.

L’organisme a d’ailleurs connu une hausse du nombre d’inscrits depuis le début de l’année. Le confinement pourrait donc avoir donné envie aux pères de s’engager plus dans leur paternité.

«Notre objectif premier ce n’est pas forcément de trouver une parfaite équité entre les parents, mais plutôt d’ouvrir la discussion. Si la coparentalité est un sujet de conversation entre eux, c’est déjà une très bonne chose», souligne M. Loville.

Articles similaires