Montréal
13:39 25 septembre 2020 | mise à jour le: 25 septembre 2020 à 16:06 temps de lecture: 3 minutes

Un «ange gardien» menacé de déportation

Un «ange gardien» menacé de déportation
Photo: Zoé Magalhaès/MétroLe député solidaire de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois a défendu le cas de Mamadou Konaté qui réside dans l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie.

Agent d’entretien en CHSLD lors de la première vague, Mamadou Konaté est aujourd’hui menacé de déportation. Son avocat, soutenu par Québec solidaire (QS) demande l’intervention de la ministre de l’Immigration, Nadine Girault, pour régulariser sa situation.

Originaire de Côte d’Ivoire, Mamadou Konaté est arrivé au Québec en 2015, peu après une grave crise politique qui divise encore son pays. Aujourd’hui agent d’entretien, il a travaillé au front pendant la première vague, nettoyant les chambres et les couloirs des «zones chaudes» malgré les risques de contamination.

Son dévouement ne lui a cependant pas permis de régulariser sa situation d’immigration. Faute de statut légal, il a été arrêté et est actuellement détenu au Centre de surveillance de l’immigration (CSI) de Laval.

«M. Konaté a fait un travail difficile et mal payé. C’est un ange gardien qu’on traite comme un criminel», s’est insurgé Andrés Fontecilla, porte-parole de QS en matière d’immigration, lors d’une conférence de presse tenue devant les bureaux d’Immigration Canada à Montréal.

Réparer l’injustice

Également présents, Gabriel Nadeau-Dubois, député solidaire de la circonscription de Gouin où réside M. Konaté et son avocat, Maître Stewart Istvanffy, réclament une intervention rapide de la ministre de l’Immigration Nadine Girault.

«Elle doit intervenir auprès du gouvernement fédéral pour empêcher la déportation et accorder un Certificat de sélection du Québec à M. Konaté qui a fait sa vie ici et est menacé dans son pays», a déclaré M. Nadeau-Dubois.

Il note d’ailleurs que les demandes liées à des difficultés d’immigration se sont multipliées dans sa circonscription depuis l’arrivée au pouvoir de la CAQ. Selon lui, le gouvernement n’hésite pas à «briser des vies» pour atteindre ses quotas d’immigration.

Ayant en mémoire la promesse du premier ministre François Legault de régulariser la situation des travailleurs essentiels étrangers, Me Istvanffy se dit aujourd’hui «choqué par ce manque de reconnaissance».

«Il y a un véritable manque d’humanité de la part des services frontaliers. Cela ne concorde pas avec les valeurs québécoises. M. Konaté n’a aucune raison d’être détenu ainsi», a-t-il souligné.

M. Konaté, qui a d’ailleurs contracté la Covid-19 dans le cadre de son travail est actuellement isolé au sein du CSI de Laval. Malgré sa situation incertaine, «il reste fort», rapporte son ami et voisin Philippe Desmarais.

«Il a conscience d’être victime d’un système bureaucrate. Je trouve son arrestation injuste. Mamadou est quelqu’un de très chaleureux qui ne ferait pas de mal à une mouche. J’espère qu’il sera vite libéré», a-t-il témoigné.

Appelé à répondre, le ministère de l’Immigration se dit «reconnaissant envers tous les travailleurs essentiels qui ont contribué à l’effort collectif de combattre le virus».

«C’est pourquoi notre gouvernement a mis en place avec le fédéral un programme spécial pour les demandeurs d’asile qui ont donné des soins directs aux malades», note Flore Bouchon attachée de presse du cabinet de la ministre Nadine Girault.

Cependant, ce programme n’inclut pas tous les travailleurs essentiels, notamment les agents d’entretien et les agents de sécurité.

Articles similaires