Rosemont
16:46 6 mai 2021 | mise à jour le: 6 mai 2021 à 16:46 Temps de lecture: 3 minutes

Francine et Paul: documenter la fin d’une époque

Francine et Paul: documenter la fin d’une époque
Photo: Gracieuseté/Patrick GazéLe salon de coiffure Francine et Paul a fermé en 2017.

Anciennement situé sur le boulevard Rosemont, le salon de coiffure Francine et Paul a fermé ses portes en 2017, après plusieurs décennies d’existence. Dans son documentaire du même nom, le réalisateur Patrick Gazé raconte les derniers jours de ce commerce de quartier.

Lui-même client du salon, Patrick Gazé a eu l’idée de réaliser le documentaire Francine et Paul lorsque son propriétaire, Paul, lui a annoncé qu’il allait fermer boutique.

«Je suis un peu un hystérique des vieux barbiers de quartier. Paul parlait de fermer depuis longtemps, mais quand il m’a dit qu’il avait vendu, j’ai voulu me prêter à l’exercice de documenter ça. Je voulais garder mémoire», explique le réalisateur.

Pendant deux mois, dès qu’il avait un moment de libre, il s’est donc rendu chez Francine et Paul, seul avec sa caméra, pour filmer le quotidien du salon.

«Ils étaient intrigués, mais je crois qu’ils ne comprenaient pas trop ce que je faisais, raconte M. Gazé. Souvent quand ils me voyaient, ils me disaient “T’es encore là toi?”, mais ils continuaient leurs activités comme si je n’étais pas là. De mon côté, je ne leur posais pas de questions.»

Fin d’une époque

De cet «exercice», résulte un documentaire de 45 minutes immersif, touchant et nostalgique. Plus de 50 ans après sa création, le commerce, symbole de toute une époque et d’une façon de faire, ferme et ne sera pas repris.

«Le salon de Francine et Paul est représentatif des autres commerces de leur époque qui faisaient vivre les quartiers de Montréal, affirme M. Gazé. Ce sont des lieux et une clientèle qui disparaissent petit à petit. Voir les gens perdre leur place, ça me touche, même si comme dit Paul “C’est la vie”.»

Si l’émotion est palpable, Paul et Francine ne l’expriment pas vraiment en présence de la caméra. Au salon, on parle plutôt de la météo, de choses anodines et le reste demeure non-dit.

«Il y a des petites phrases prononcées qui ne veulent rien dire et tout dire à la fois, souligne le réalisateur. Comme quand Paul me dit “À 70 ans, c’est le temps d’arrêter”, je sais qu’il y a de l’émotion.»

En 2021, ce documentaire fait écho d’une drôle de manière à la situation difficile que vivent de nombreux commerçants. Selon Patrick Gazé, la pandémie ne fait qu’accélérer la disparition de commerces où régnait une ambiance de proximité et où «il était possible de se parler».

Sélectionné par les Rendez-vous du cinéma québécois, Francine et Paul est visionnable en ligne jusqu’au 8 mai sur le site du festival.

Articles similaires