Saint-Laurent

DeSousa jette l’éponge

Point de presse du maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa, dont la candidature à l'investiture du Parti Libéral du Canada (PLC) a été refusée, le mardi 28 février 2018, à la mairie de Saint-Laurent, boulevard Marcel-Laurin, Montréal, QC. Photo: Johanna Pellus/TC Media

Le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa, ne sera pas candidat à l’investiture du Parti libéral du Canada (PLC), ni aux élections partielles du 3 avril. Après avoir vu son appel rejeté, il décide de tourner la page sur cette candidature et de se concentrer sur son travail de maire.

«J’ai appris tard jeudi soir la décision du comité permanent d’appel du PLC, qui maintient le rejet de ma candidature. Mon nom ne sera pas sur le bulletin», annonce M. DeSousa.

Selon les explications qu’il a obtenues, le comité du feu vert, qui a prononcé la décision en début de semaine, n’a pas à donner de raisons et n’est pas assujetti au processus d’appel.

«Je suis déçu que les citoyens ne puissent pas faire valoir leur point de vue. Il y a beaucoup de spéculations quant aux raisons, que j’aurais voulu connaître, mais je m’abstiendrai d’en faire», précise-t-il.

Collaboration
M. DeSousa continuera d’assumer son rôle de maire, avec toute son énergie, car beaucoup de gens ont été affectés par cette histoire, selon lui. «Je n’ai pas le luxe de laisser la communauté se diviser. Nous allons travailler fort, ensemble, comme nous l’avons toujours fait», ajoute-t-il.

Il assure son entière collaboration à la personne qui sera désignée.

La date de l’assemblée d’investiture n’a pas encore été fixée. Parmi les candidates, on note l’ex-ministre provinciale Yolande James, la fiscaliste Marwah Rizqy et l’enseignante Emmanuella Lambropoulos. Dans les autres formations politiques, Daniel Green représentera le Parti vert.

Articles récents du même sujet