Saint-Laurent
08:00 30 avril 2020 | mise à jour le: 29 avril 2020 à 17:28 temps de lecture: 3 minutes

Des mois difficiles à venir pour les salles de réception à Saint-Laurent

Des mois difficiles à venir pour les salles de réception à Saint-Laurent
Photo: Métro Média - Laurent LavoieLe restaurant de la salle de réception Challenger a tenté d’offrir un service de livraison, sans succès.

L’avenir des entreprises de Saint-Laurent qui gèrent des salles de réception s’annonce incertain, alors que les rassemblements de masse seront probablement à éviter pour encore plusieurs mois.

Le Crystal, qui opère sur le boulevard Henri-Bourassa depuis 35 ans, la haute saison était sur le point de débuter, notamment avec les mariages et les graduations. Le directeur général, Joe Messina, qui a dû mettre à pied presque l’ensemble de ses quelque 60 employés, a maintenant les mains liées.

«Les mariages du mois d’août sont déjà reportés, c’est dur, dit-il. On n’aura pas beaucoup de travail avant l’année prochaine.»

Les événements dans les salles de réception, au même titre que les soirées dans les bars ou les concerts, ne disparaîtront pas pour autant, croit M. Messina. «On ne peut pas changer notre mode de vie vraiment, explique-t-il. Mais on peut trouver une manière de vivre avec [les risques de contamination].»

Parmi les mesures d’hygiène et de distanciation physique, Le Crystal songe à porter éventuellement une attention particulière aux transactions numériques et à installer davantage de boîtes de désinfectants.

Finances

Joe Messina s’attend à de nouvelles règles gouvernementales également. Par exemple, dans une salle pouvant accueillir 300 personnes, il pourrait ne pouvoir en accepter que 120.

Cette possibilité inquiète le président du Challenger de la rue des Nations. «Si c’est temporaire, c’est faisable. Mais si c’est ça la réalité dans le futur, ça va être un peu difficile de survivre, croit Joe Russo. Toutes nos dépenses sont encore là: le loyer, l’électricité. On doit payer, il n’y a pas de délai.»

Les fonds de 50 000$ offerts par le gouvernement québécois, «c’est le loyer pour un mois, et c’est un prêt! On va devoir le payer quand même», déplore-t-il.

Environ 40% des salles de réception devront définitivement fermer, selon son estimation. «Nous, on va être là. Grâce à Dieu, on a fait attention à tout ce qu’on a fait [dans la gestion des finances.]», assure celui qui accueille une centaine d’événements par année.

«Une entreprise comme la nôtre, on est à la fin de la liste, parce qu’il y a d’autres choses qui sont plus importantes [pour le gouvernement].» — Joe Russo, président du Challenger

Adaptation

À l’arrondissement, les risques liés à la COVID-19 dans les rassemblements pourraient même avoir des impacts dans la réglementation urbanistique.

«Il y a certains locaux qui vont changer de vocation. L’usage du plancher va changer», indique le conseiller et vice-président au comité consultatif d’urbanisme de l’arrondissement Saint-Laurent, Francesco Miele.

Plusieurs dérogations mineures prévues par l’administration DeSousa sont reportées en raison de la COVID-19. Il n’est pas possible pour les citoyens d’y réagir en conseil d’arrondissement.

Articles similaires