Saint-Laurent
17:01 13 juillet 2020 | mise à jour le: 13 juillet 2020 à 17:01 temps de lecture: 3 minutes

Saint-Laurent mise sur la diversité chez ses employés

Saint-Laurent mise sur la diversité chez ses employés
Photo: Métro Média/Laurent LavoieAlan DeSousa

Alors que l’appel à la lutte contre le racisme systémique continue de résonner, l’arrondissement Saint-Laurent se targue d’être un modèle en matière de diversité par rapport au reste de la Ville de Montréal.

Depuis 2017, l’administration DeSousa affiche des résultats relativement stables. Près de quatre personnes sur dix sont des femmes et un individu sur cinq est issu des minorités visibles dans la fonction publique laurentienne. Quelque 0,5% des employés sont autochtones et 1,33% sont handicapés.

Pour favoriser l’embauche de ces groupes, la Ville de Montréal a adopté en 2016 un plan d’action pour la diversité en emploi. Saint-Laurent a pour sa part tenu plusieurs initiatives.

Notamment, l’arrondissement a maintenu sa participation à un programme de parrainage professionnel qui vise à embaucher des citoyens issus de différentes minorités. Ils sont d’ailleurs sept à avoir été engagés en trois ans.

Aussi, des ateliers de sensibilisation et des formations sur la diversité culturelle et des genres ainsi que sur les différents types de limitations physiques, auditives ou visuelles ont eu lieu. À cet effet, l’arrondissement indique que des travaux pour améliorer l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite aux édifices municipaux ont été menés

«Depuis plus d’une décennie, on a concentré nos efforts pour s’assurer qu’à compétences égales, notre main-d’œuvre reflète bien la population», soutient le maire Alan DeSousa.

Toutefois, «il y a toujours place pour de l’amélioration», précise-t-il, en prenant pour exemple la place des femmes dans des métiers principalement masculins, comme chez les cols bleus.

Global

Plusieurs politiciens ont reconnu que le racisme systémique était bel et bien présent, et d’autres, comme le premier ministre François Legault, ont évité de se lancer dans un débat sémantique.

«Je ne peux pas prétendre que le racisme systémique n’apparaît pas dans notre appareil gouvernemental ou d’autres, commente pour sa part M. DeSousa. Tout ce que je peux vous dire, c’est que c’est présent un peu partout. La question qui est importante est comment on adresse ça, comment on traite ça.»

L’Office de consultation publique de Montréal a rendu public en juin un rapport dénonçant une négligence de la Ville de Montréal face à sa lutte contre le racisme dans ses institutions.

«On a vécu un mois où il y avait une grande visibilité donnée au niveau de participation des diverses minorités, incluant la communauté noire.» – Alan DeSousa, maire de Saint-Laurent

12,83 %

C’est le pourcentage des employés de l’administration laurentienne qui sont issu des minorités ethniques. Il est pratiquement le double de la ville-centre qui s’élève à 6,29%.

Articles similaires