Saint-Laurent
14:20 18 août 2020 | mise à jour le: 18 août 2020 à 14:20 temps de lecture: 2 minutes

Bibliothèque du Boisé: Raconter la poésie

Bibliothèque du Boisé: Raconter la poésie
Photo: Capture d'écran FacebookLa bibliothécaire Marie Hébert en train de lire un passage d’une œuvre poétique dans une capsule vidéo.

Une bibliothécaire de Saint-Laurent a trouvé une façon originale d’intéresser les citoyens à la poésie et à la lecture. Depuis le mois d’avril, Marie Hébert, qui travaille à la bibliothèque du Boisé, publie des capsules vidéo d’environ une minute.

Chaque semaine ou deux fois par mois, elle lit un passage d’une œuvre d’un auteur. Elle choisi parmi sa collection de livres ou sur le Web. Avant la pandémie de COVID-19, Marie Hébert organisait régulièrement des activités pour les adultes, comme des clubs de lecture, des conférences ou des ateliers d’écriture.

«C’était une façon de sortir du confinement, sans avoir à sortir de chez moi.» – Marie Hébert, bibliothécaire.

Comme les bibliothèques ont été fermées pendant plusieurs mois, elle cherchait à trouver une façon de stimuler l’intérêt de la lecture auprès des citoyens lors du confinement. «Mon télétravail était limité dans mes fonctions. Alors, je me suis mise à réfléchir sur ce que je pourrais faire de différent», explique-t-elle.

C’est donc à ce moment que Marie Hébert a commencé à faire des capsules vidéo intitulées «La minute poétique» publiées sur Facebook. De Victor Hugo à Charles Baudelaire, elle essaie de trouver une poésie qui plaira à tous.

Avec sa petite caméra, elle s’est filmée en train de lire un texte. «Mes collègues ont aimé ça et ils m’ont encouragé à continuer», raconte la bibliothécaire.

L’initiative semble également être appréciée par la communauté, comme le témoignent certains internautes en commentaire sous quelques-unes des publications Facebook.

Réouverture

Les bibliothèques et les centres culturels recommencent à ouvrir. Marie Hébert admet qu’elle aura moins de temps à accorder à cette nouvelle routine. Néanmoins, elle souhaite poursuivre la publication des vidéos. «Je vais garder une petite place [pour le projet] étant donné qu’il y a eu un intérêt», admet-elle.

Par ailleurs, les bibliothèques de Saint-Laurent peuvent accueillir un maximum de 50 personnes depuis le 27 juillet. La distanciation physique, le lavage des mains et le port du masque font partie des mesures de sécurité de l’établissement.

Infos

Page Facebook Les bibliothèques de Saint-Laurent.

Articles similaires