Saint-Léonard

Saint-Leonard planche sur son plan de quartier

Saint-Leonard planche sur son plan de quartier
Photo: Courtoisie Concertation Saint-LéonardPlus d'une cinquantaine de personnes ont assisté à la soirée animée par l'agente de mobilisation à Concertation Saint-Léonard, Janie Janvier

Concertation Saint-Léonard conviait jeudi soir les résidents de l’arrondissement à une soirée d’échange autour de son Plan de quartier. Plus d’une cinquantaine de personnes ont répondu à l’appel, signe possible d’une plus grande implication citoyenne à venir au sein de l’arrondissement.

« Je suis totalement impressionnée et heureuse de la façon dont ça s’est déroulé, explique l’agente de mobilisation de l’organisme et animatrice de la soirée, Janie Janvier. Pour nous, c’est vraiment une réussite et c’est prometteur pour l’avenir. » L’événement avait pour but de répondre à la demande récurrente de mieux faire connaître les différents enjeux.

Pensé pour la première fois en 2015, le plan de quartier s’articule autour de 4 grands axes, tels que la scolarisation ou l’accès à l’emploi (voir encadré). Chaque thématique est ensuite décomposée afin de montrer les changements voulus et les actions pour y parvenir. Il s’agissait toutefois de la première fois que les résidents de l’arrondissement étaient conviés à une soirée d’informations et d’échanges.

La conseillère d’arrondissement Lili-Anne Tremblay était également sur place afin de noter les besoins exprimés par les participants. « Nous sommes une ex-ville, le concept de participation citoyenne est tout nouveau ici, constate l’élue. Je suis contente de voir qu’enfin, on a un jalon de citoyens qui décide de s’impliquer et de collaborer pour améliorer la qualité de vie à Saint-Léonard. »

Des propos qui rejoignent Pierre-Richard. « Saint-Léonard est très jeune en termes d’implication citoyenne, pense-t-il. On fait partie des arrondissements où il y en a le moins. » Pour lui, la soirée a permis de montrer le potentiel que peut avoir le quartier lorsque tous ses acteurs collaborent ensemble.

Échanges et discussions
Au cours de la soirée, les participants étaient d’abord invités à écouter les « porteurs d’actions », donc les responsables de différents projets, qui présentaient leurs démarches respectives. Les citoyens étaient ensuite conviés à des tables rondes où ils pouvaient exprimer leurs idées afin d’améliorer les actions posées. Celles-ci étaient par la suite mises de l’avant lors d’une plénière qui a clos la soirée.

Parmi les propositions qui sont ressorties, celle d’un Trottibus pour accompagner les enfants à l’école a suscité l’enthousiasme. La création d’un conseil jeunesse à l’arrondissement a également été bien accueillie.

« C’était très innovateur comme expérience, pense Jerry. Ça a invité plusieurs générations de gens à se rassembler et à partager leurs idées. » Pour lui, c’était l’occasion de faire entendre la voix de la jeunesse, qui est, de son avis, moins souvent prise au sérieux.

Également sur place, la directrice d’Horizon Carrière, Lina Raffoul se révélait très enthousiaste à l’issue de la soirée. « Je travaille dans le milieu communautaire depuis toujours et c’est rare qu’on ait la capacité d’avoir autant de citoyens, remarque-t-elle. C’est souvent très difficile de les mobiliser. » Elle souligne également la qualité des propositions faites au cours de la soirée, signe, selon elle, de la pertinence d’un tel événement.

« C’était important de venir écouter et d’être attentive aux besoins des citoyens aux changements qu’ils souhaitent, souligne pour sa part Mme Tremblay. On peut faire un parallèle avec le plan stratégique de l’arrondissement et des objectifs que nous nous sommes donnés afin de voir s’il reflète les préoccupations des citoyens. » Pour elle, la soirée a permis de consolider des ponts qui faciliteront la collaboration entre les différents acteurs de l’arrondissement.

Pour la suite, Mme Janvier explique qu’un travail de documentation et de partage de l’information sera entrepris. Les porteurs d’actions pourront ensuite colliger les idées et vérifier leur faisabilité auprès des autres acteurs de l’arrondissement. Éventuellement, une autre soirée du même type permettrait de faire un suivi des avancées et des démarches à accomplir. « On veut que les citoyens sentent que leur voix est importante, qu’ils soient mieux informés de ce qui se passe et qu’ils puissent s’impliquer, résume-t-elle. C’est une bonne façon d’y parvenir. »

Les grands axes

  • L’accès à l’emploi pour les immigrants scolarisés et qualifiés.
  • L’accessibilité économique à des logements adéquats pour les familles.
  • La scolarisation des jeunes du secteur francophone.
  • Un environnement plus sécuritaire pour les déplacements actifs.

Les axes transversaux

  • Participation citoyenne : Augmenter le pouvoir d’agir et renforcer les capacités citoyennes.
  • Vivre-ensemble : Diminuer la discrimination et augmenter le rapprochement interculturel.
  • Communication : Augmenter la circulation de l’information dans le quartier.