Saint-Léonard
17:30 15 octobre 2020 | mise à jour le: 15 octobre 2020 à 18:12 temps de lecture: 3 minutes

Saint-Léonard veut interdire les garages au sous-sol

Saint-Léonard veut interdire les garages au sous-sol
Photo: Félix Lacerte-Gauthier/MétroLa rue Belmont est l'une des plus touchées par la problématique d'inondations dans l'arrondissement.

En raison des risques d’inondations, l’arrondissement de Saint-Léonard veut changer son règlement de zonage afin d’interdire l’aménagement de garages au sous-sol dans les nouvelles constructions résidentielles.

«Une majorité de bâtiments résidentiels comptent des garages au sous-sol, lesquels sont accessibles par une voie d’accès en contre-pente. Lors de fortes pluies, plusieurs de ces propriétés ont été inondées par ce garage, causant des dégâts intérieurs importants», explique un document de l’arrondissement.

Le règlement interdirait la construction de garages au sous-sol pour les nouvelles constructions et l’ajout de cases dans les immeubles existants. Ces mesures s’appliqueraient dans les bâtiments résidentiels à usage unifamilial et les multiplex.

Les garages en sous-sol seraient toutefois permis pour les bâtiments commerciaux ou multifamiliaux de six logements et plus.

«[les bâtiments de plus petits gabarits] sont plus vulnérables puisqu’ils comportent, généralement, des espaces habitables au même niveau que le garage accessible par une voie d’accès en contre-pente», mentionne le document.

Pour être adopté, le projet de règlement devra toutefois faire l’objet d’un processus de consultation écrite d’une durée de 15 jours. C’est seulement au conseil d’arrondissement de décembre que le règlement pourrait être entériné, au terme d’un processus référendaire, si cela est nécessaire.

Frustration

Le projet de règlement arrive alors que la réaction de l’arrondissement face à la problématique d’inondations est décriée par de nombreux citoyens.

En septembre Sofiya Marunych, avec deux autres résidents de Saint-Léonard, avait lancé une action collective contre l’arrondissement pour que le problème d’inondations récurrentes soit réglé définitivement.

Elle se dit choquée du projet de règlement que l’arrondissement souhaite adopter. «Ils veulent se déresponsabiliser, se frustre-t-elle. Ça montre qu’ils savent que le problème existe, et qu’ils s’en lavent les mains pour le futur.»

Lors d’une rencontre publique organisée en octobre 2019, le Service de l’eau de la Ville de Montréal estimait que les garages en contre-pente seraient responsables de 15% des cas d’inondations.

Pour Mme Marunych, la nouvelle réglementation ne permettrait pas de régler la problématique. «L’eau ne vient pas seulement de la rue. Pendant les inondations, elle refoule aussi dans les tuyaux. Ça ne veut pas dire que ces bâtiments seraient protégés», ajoute-t-elle.

Articles similaires