Saint-Léonard
13:10 24 décembre 2020 | mise à jour le: 24 décembre 2020 à 13:10 temps de lecture: 4 minutes

2021: l’optimisme prudent de Filomena Rotiroti

2021: l’optimisme prudent de Filomena Rotiroti
Photo: ArchivesFilomena Rotiroti est députée de Jeanne-Mance – Viger depuis 2008.

Après une année durement marquée par la pandémie, 2021 incarne l’espoir d’un retour à la normale. La députée de la circonscription de Jeanne-Mance – Viger, Filomena Rotiroti, discute des sujets qui auront son attention pour les mois à venir.

La fin de l’année a été porteuse d’optimisme. Les premiers vaccins contre la COVID ont commencé à être administrés. Mme Rotiroti a d’ailleurs bon espoir qu’un retour à la normale pourra avoir lieu.

«Je nous souhaite qu’on puisse revenir à une vie normale, où on peut se voir et avoir ce contact humain qui nous manque énormément. On deviendra un peuple plus résilient et plus fort, et je nous souhaite beaucoup de santé. J’ai compris moi aussi que sans ça, on ne peut pas faire grand-chose», souligne-t-elle.

«Le contact humain me manque énormément. Je pense que le privilège qu’on a, quand on est députée, c’est d’être sur le terrain et près du monde. Ça me manque beaucoup de ne pas pouvoir être présente avec les gens.» – La députée Filomena Rotiroti

Elle prévient toutefois que la situation prendra du temps avant d’être rétablie, et qu’entre temps, il sera important de continuer à respecter les consignes sanitaires.

Cependant, les premiers temps seront difficiles. Mme Rotiroti constate un niveau de détresse élevée dans sa circonscription, particulièrement en termes de santé mentale. Un enjeu qui a toute son attention à l’heure actuelle.

«On va s’assurer que ces gens reçoivent les soins nécessaires, qu’on est capable de les épauler pour passer à travers ça», souligne-t-elle.

«La plupart du temps, quand les gens appellent au bureau de la députée, on est souvent la dernière ressource. On essaie de les guider dans les démarches. Il y a beaucoup de détresse. Les gens se sentent seuls et abandonnés. On est là pour les accompagner et les soutenir», ajoute-t-elle.

Dans la même idée, elle souligne qu’il sera également important d’épauler les banques alimentaires de l’arrondissement, qui font face à des défis sans précédent, alors que la demande pour leurs services est plus élevée que jamais.

Transports

L’année 2020 a également été marquée par le début des premiers travaux préparatoires à l’arrivée de la ligne bleue, ainsi que par la construction du SRB Pie-IX. (NDLR: l’entrevue avec Mme Rotiroti a eu lieu avant l’annonce du REM). Les façons de développer des alternatives à l’automobile restent l’une de ses préoccupations.

«On travaille étroitement avec l’arrondissement, et on aura une rencontre pour étudier plusieurs possibilités de projets, comme des pistes cyclables, ou des façons d’encourager les gens à utiliser le transport en commun. Il faut mettre des incitatifs en place, et la ligne bleue devrait aider à cela», révèle-t-elle.

Politique provinciale

Sur un plan un peu plus personnel, la dernière année, pour Filomena Rotiroti, aura été marquée par sa désignation au poste de whip par la nouvelle cheffe du parti libéral, Dominique Anglade. Elle occupait auparavant le poste de présidente du caucus libéral depuis 2017.

«On ne s’y attend jamais, ce sont des choix de la cheffe, confie Mme Rotiroti. Je suis très contente et très honorée de jouer ce rôle. Je crois que j’ai une certaine expérience et le respect de mes collègues, et je suis très contente de ce nouveau défi.»

Elle ajoute que la responsabilité lui ajoute toutefois une charge de plus, et que ces derniers temps ont été plutôt occupés pour elle, particulièrement en raison des protocoles contre le COVID mis en place à l’Assemblée nationale.

Les prochaines élections provinciales devraient avoir lieu en 2022. Une éternité en politique.

«J’ai encore la passion et le goût de continuer à servir, si la population me l’accorde. Mais deux ans, en politique, c’est très long, il y a bien des choses qui peuvent changer. Mais j’ai encore cette passion pour servir mes citoyens», conclut Mme Rotiroti.

Articles similaires