Saint-Léonard

Confidences d’un père Noël

Photo: Keith McAuliffe / TC Media

Pour plusieurs, le père Noël est un personnage bon et souriant sur lequel on s’assoit pour recevoir un cadeau. Mais pour certains enfants, il est aussi quelqu’un à qui on ouvre son cœur et dévoile des confidences intimes. TC Media a pu s’entretenir avec un père Noël de métier qui accumule ses secrets depuis des années.

Paul, qui désire garder l’anonymat, personnifie le père Noël depuis 15 ans pour l’Association des pères Noël du Québec. Des enfants, il en a vu des milliers. Chaque année, il reçoit des confidences et accumule ainsi des anecdotes qui méritent d’être partagées.

«Pour être un bon père Noël, il faut aimer les enfants, être attentif et à l’écoute et poser les bonnes questions, explique Paul. Les enfants me parlent de leur école, leur famille et des cadeaux qu’ils souhaitent recevoir.»

Croire encore au père Noël
Voir la gaieté dans le visage des enfants est une des raisons qui fait en sorte que ce père Noël d’expérience aime personnifier le populaire barbu. Il y a cinq ans, Paul a eu à se déplacer en Californie pour une compagnie de télécommunications américaine afin de pouvoir offrir aux enfants malades de l’hôpital Sainte-Justine de parler au père Noël en direct de son bureau du pôle Nord. Tout un décor avait été aménagé pour l’occasion.

«C’était merveilleux de voir les yeux des enfants au fur et à mesure qu’ils découvraient l’univers du père Noël.»

Lorsque les enfants arrivent au stade où ils ne croient plus au père Noël, une chose est très importante pour lui: «Il faut leur laisser faire leur opinion et ne pas leur imposer les nôtres.»

«Ceux qui semblent déboussolés parce qu’on leur a dit que ce personnage n’existe pas, je leur demande tout le temps: « Toi est-ce que tu crois au père Noël? » S’ils me disent oui, je leur dis que c’est à eux de décider s’ils veulent y croire.»

Pour les enfants qui sont déterminés que le père Noël n’existe pas, sa réponse est bien simple. Il leur dit qu’ils viennent de passer dans le club des grands et leur demande de ne pas le dire à leurs petits frères et leurs petites sœurs. «On va leur laisser croire comme toi tu l’as fait. Le père Noël est là pour les réconforter et leur apporter de la joie.»

Parents séparés, enfants concernés
Les enfants de parents séparés lui confient souvent que c’est particulièrement difficile pendant cette période de réjouissances. Ces petits doivent célébrer Noël d’un côté avec leur mère et de l’autre avec leur père alors qu’ils souhaitent que tout le monde soit rassemblé pour la fête.

«Ils me demandent si je peux faire quelque chose, affirme-t-il. Je leur dis que le père Noël peut faire beaucoup de choses, mais que pour cette situation il n’y a rien qu’il peut faire. Ce qui est important, c’est de leur faire comprendre que le conflit est entre leur père et leur mère et n’a rien à voir avec eux. Je leur dis aussi que leurs parents les aiment beaucoup. Il faut les rassurer pour qu’ils ne prennent pas tout sur leurs épaules.»

Du joyeux aussi
Au chapitre des souvenirs plus légers, Paul raconte qu’il a été témoin privilégié d’une conversation entre deux de ses petits-enfants lors d’une fête dans sa famille.

Son petit-fils de deux ans ne cesse de répéter: « C’est grand-papa Paul qui est déguisé en père Noël. » Sa grande sœur de cinq ans lui répond: « Non, non, c’est le père Noël, mais fais-toi s’en pas, il sait que tu as tellement peur de lui qu’il prend la voix de grand-papa Paul pour ne pas que tu aies peur ».
«Cette scène a marqué ma mémoire», souligne-t-il le sourire aux lèvres.

Articles récents du même sujet