Sud-Ouest
11:49 25 mai 2018 | mise à jour le: 25 mai 2018 à 11:49 Temps de lecture: 3 minutes

Favoriser l’émergence de nouvelles idées

Favoriser l’émergence de nouvelles idées
Photo: (Photo: Gracieuseté - Jimmy Hamelin)

L’innovation a pris différentes saveurs lors de la 7e édition du Sommet de Montréal sur l’innovation qui se déroulait mercredi dans le cadre de l’événement d’affaires international C2 à l’Arsenal dans Griffintown. Les domaines environnemental, économique et alimentaire ont notamment été abordés par des chefs de file en la matière, comme l’agriculteur Jean-Martin Fortier, le chef Normand Laprise ou l’entrepreneure sociale Kelsey Halling.

En plus des conférences d’experts, les participants étaient conviés à participer à divers ateliers, comme des forums, des braindates (rencontres d’apprentissage ciblées) ou des séances collaboratives axées sur le thème Entrepreneuriat + impact social.

Le décor éclectique, aménagé aux abords du canal de Lachine, où des hologrammes, des robots et des projecteurs colorés côtoyaient des œuvres d’art contemporain, des terrasses huppées et des quais en bois, était spécialement choisi pour favoriser l’émergence de nouvelles idées.

«Tant les profs, les étudiants que les participants de C2 ont travaillé ensemble toute la journée pour déterminer comment passer de la théorie au concret en terme d’entrepreneuriat social», mentionne Damien Silès, le directeur général du Quartier de l’innovation (QI), l’organisme à but non lucratif qui organise le Sommet en partenariat avec l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

M. Silès croit que ce thème valait la peine d’être approfondi, considérant que Montréal est chef de file en la matière. Le QI rassemble également son lot d’entreprises à vocation sociale, notamment la Maison de l’innovation sociale (MIS) qui vient de s’installer dans le projet Young à Griffintown.

«La station F-MR, qui vient d’être aménagée au bord du canal, est un autre exemple. Ce sont d’anciens wagons de métro transformés en espace citoyen où les gens pourront échanger», renchérit le directeur général.

L’implication citoyenne dans la création de projets innovants est d’ailleurs une formule qu’a toujours privilégiée le QI.

Démarche créative
Pour laisser entièrement la place à la créativité des participants, le QI a opté pour une formule non structurée. «Nous avons des thématiques, mais c’est vraiment déconstruit. Les discussions sont libres», souligne M. Silès.

Un document récapitulatif des échanges et des pistes de solutions émis pendant la journée sera ensuite produit par l’UQAM, le QI et Desjardins Lab au cours de l’été. De ce résumé, de nouvelles initiatives naîtront, que ce soit dans le Sud-Ouest ou sur l’ensemble du territoire montréalais.

La déclaration «L’ambition et la nécessité de soutenir, ensemble, l’innovation sociale» a également été remise à la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, et au responsable des dossiers de ville intelligente, technologies de l’information et innovation de la Ville de Montréal, François Croteau.

L’objectif est de créer un terrain propice à l’émergence de nouvelles idées et de solutions pour continuellement améliorer le quotidien des citoyens.

Articles similaires