Sud-Ouest
18:07 17 avril 2020 | mise à jour le: 24 avril 2020 à 17:14 temps de lecture: 3 minutes

Servir la communauté

Servir la communauté
Photo: GracieusetéAudrey Monette-Deschênes est l’une des instigatrices d’Entraide communautaire Saint-Henri, qui compte sur une quarantaine de bénévoles pour offrir des services de livraison d’emplettes.

Les initiatives se multiplient à travers le Québec pour donner un coup de main aux personnes qui doivent rester confinées. Le quartier Saint-Henri est aussi touché par cette vague de solidarité. Un groupe de citoyens offre de livrer à domicile des emplettes aux résidents vulnérables et en situation d’isolement.

L’initiative, qui porte le nom d’Entraide communautaire Saint-Henri, est partie d’une simple publication sur les réseaux sociaux. Audrey Monette-Deschênes s’est inspirée d’une amie d’un autre quartier qui proposait de faire des emplettes pour les gens vulnérables.

«J’ai fait la même proposition dans Saint-Henri et quelqu’un a suggéré qu’elle et moi on ait un groupe de soutien communautaire pour les résidents du quartier», raconte Mme Monette-Deschênes.

Depuis la mise en place du projet, le 17 mars, près d’une dizaine de personnes ont été desservies par Entraide communautaire Saint-Henri.

«On a eu de super beaux témoignages, notamment d’un monsieur âgé qui commençait à avoir des symptômes de la grippe. On a fait deux livraisons pour lui. Il a dit que l’expérience était sans stress du début à la fin», raconte Mme Monette-Deschenes, touchée par ce commentaire.

Elle déplore toutefois que certains se sentent coupables de faire appel à leurs services ou obligés de se justifier. «On ne regarde pas le titre ou la nature de leur demande. C’est une aide qui est sans jugement. On n’a pas l’intention de développer des outils pour déterminer qui mérite ou non de l’aide. On ne pose pas de question», mentionne l’instigatrice.

Forces de chacun

Entraide communautaire Saint-Henri peut compter sur une quarantaine de bénévoles. Tous doivent respecter des mesures sanitaires et de distanciation sociale. Les demandeurs doivent aussi suivre certaines directives, dont payer par virement bancaire.

Cinq personnes coordonnent le travail des bénévoles. Mme Monette-Deschenes compare cette équipe aux Power Rangers alors que chacun met à contribution ses forces.

De son côté, la somme de ses expériences dans le milieu de la santé l’a sensibilisé au fait que les besoins peuvent être criants en situation de crise.

«Beaucoup de gens romancent le confinement comme étant un moment pour reconnecter avec soi-même, mais il y a beaucoup de personnes qui rushent, qui n’ont pas les moyens actuellement», explique Audrey Monette-Deschênes , aussi acheteuse au CHU Sainte-Justine.

Dans les prochaines semaines, la coordonnatrice du projet prévoit que les demandes seront grandissantes alors que les effets de la COVID-19 se feront sentir pendant plusieurs mois.

Une fois la crise sanitaire passée, Mme Monette-Deschênes aimerait que les services d’Entraide communautaire Saint-Henri se poursuivent.

En plus de la livraison, des bénévoles peuvent faire des appels téléphoniques afin de briser l’isolement. Le groupe peut aussi référer à des ressources locales pour des besoins auxquels il ne peut répondre.

Pour plus d’infos: entraide.st.henri@gmail.com ou 438 523-6243

Articles similaires