Soutenez

Le patrimoine du canal Lachine

Photo: Josie Desmarais / Métro

Si le canal Lachine offre l’une des balades les plus agréables du Sud-Ouest, à l’abri des voitures et du bruit de la ville, il est possible de visiter le secteur en s’intéressant à son patrimoine architectural. Ancien secteur industriel, le canal regorge de surprises patrimoniales, avec ses anciennes usines et ses écluses.

Métro vous propose de commencer votre marche à la hauteur de l’écluse Saint-Gabriel, située près du parc archéologique de la Pointe-des-Seigneurs. Alors que la construction du canal Lachine s’achève en 1825, plusieurs écluses voient le jour au fil des années. L’écluse Saint-Gabriel, l’une des plus anciennes, permet de traverser le canal tout en profitant d’une vue sur le Sud-Ouest.

Continuons, si vous le voulez bien, notre excursion en direction de l’ouest de Montréal. Tout au long du parcours, d’anciennes usines reconverties en habitations bordent les berges du canal. Du côté de Pointe-Saint-Charles, on peut apercevoir les vestiges d’une des plus anciennes usines du secteur, située près de la rue Island. Il s’agit de l’ancienne cordonnerie Consumers Cordage, dont il reste aujourd’hui la cheminée tronquée, alors que les autres parties du bâtiment ont été ravagées par un incendie à la fin des années 1990.

Toujours sur le même côté du canal, on peut trouver le bâtiment de la Canada Sugar Refining Company Limited, un patrimoine fondé par un immigrant écossais, John Redpath, Cet édifice construit en 1854, est la première raffinerie de sucre au Canada. Dans les années 1930, la raffinerie déménage sur les berges du fleuve Saint-Laurent, lieu où elle se trouve toujours.

Retournons maintenant de l’autre côté des berges, en traversant le pont Charlevoix. Là, pas loin du marché Atwater, dans la Petite-Bourgogne, vous pourrez voir la bâtisse de l’ancienne usine de la Steel Company of Canada, ou Stelco. Cette dernière était spécialisée dans l’expédition et l’entreposage de produits en métal. Fermée dans les années 1980, elle est maintenant convertie en immeuble de condominiums.

Enfin, nous ne pouvions finir cette exploration industrielle sans vous parler de l’usine de la Canada Malting, dans le quartier Saint-Henri, près de la rue Saint-Rémi. Aujourd’hui abandonnée, cette imposante ancienne malterie impressionne par la taille de ses silos, et par les graffitis qui les décorent. Elle est au fil des années devenue un emblème du quartier.

Une mystérieuse maison rose

Si l’usine de la Canada Malting est un emblème du quartier Saint-Henri, la maison rose qui la surplombe pourrait bien la détrôner. Un jour de 2019, l’une des cabines de l’usine a été peinte en rose, et décorée de volets turquoise et d’un pot de fleurs près d’une fenêtre. Chaque hiver, elle est décorée pour les fêtes avec un sapin et un grand cadeau. L’identité de l’auteur de cette œuvre mythique est, à ce jour, inconnu du grand public.

La maison rose sur le sommet de l’usine Canada la Malting – Lila Maitre, Métro Média

Des néons qu’on voit de loin

Avec ses grands néons rouges, il est difficile de ne pas voir l’usine Farine Five Roses, située sur le bassin Peel. Depuis 1948, l’enseigne lumineuse domine Montréal, et est visible à divers endroits de la ville, notamment du canal Lachine. Si le nom de l’enseigne a changé au fil des années, elle continue de marquer les esprits des habitants. Cette dernière a d’ailleurs été qualifiée d’icône du patrimoine industriel de Montréal.

Istock

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine un résumé de l’actualité de Sud-Ouest.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.