Verdun
09:00 16 novembre 2019

Plus de bornes électriques prévues à Verdun

Plus de bornes électriques prévues à Verdun
Photo: IDS/Verdun Hebdo - ArchivesLe réseau public possède actuelle 682 bornes, comparativement à 558 en 2018, alors que le plan stratégique de déploiement de la Ville de Montréal 2016-2020 vise à installer un total de 1000.

L’accessibilité aux bornes publiques de recharge du Circuit électrique a pris du mieux à Montréal, alors que le nombre de points de service a graduellement augmenté. On en compte actuellement près de 700, particulièrement réparties dans les arrondissements centraux. L’objectif est d’atteindre 1000 l’an prochain.

Verdun se situe en milieu de peloton par rapport aux autres arrondissements avec 38 bornes rechargeables sur les 682 sur l’ensemble de l’île. Plus de 8000 recharges ont été effectuées sur les stations de Verdun.

À titre comparatif, Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension compte 78 bornes, soit le nombre le plus élevés de tous les arrondissements, et plus de 16 000 recharges.

Le maire de Verdun, Jean-François Parenteau, a fait savoir que davantage de bornes électriques seront installés dans les endroits publics, comme les stationnements. «On essaie de trouver une formule pour qu’on puisse déployer des bornes électriques qui soient efficientes», indique-t-il.

Selon lui, la transition écologique quelle qu’elle soit, doit rester simple pour les utilisateurs. «J’ai bien beau installer des bornes électriques à un ou deux coins de rue des résidences, ils n’iront pas marcher parce que le principe de l’auto c’est la proximité», explique-t-il.

Ce que valide Yannick Roy, conseiller à la direction de la mobilité à la Ville de Montréal. «Quand les gens peuvent avoir une borne de recharge à la maison, on n’aura pas tendance à en installer sur la rue», appuie-t-il.

Critères

Les arrondissements sont ciblés selon «la densité de population, et ce qui est générateur de déplacement, comme les artères commerciales, les hôpitaux», explique Yannick Roy, conseiller à la direction de la mobilité à la Ville de Montréal.

Certains paramètres doivent être pris en considération, tels que des trottoirs d’une largeur minimale de 2,5 m et la proximité d’un raccordement électrique.

À Verdun, la demande est bien présente assure M. Parenteau. «On voit des gens adhérer de plus en plus à [ce service] et l’utiliser dans des entrées privées aussi», précise-t-il.

Hydro-Québec s’occupe entre autres de l’installation des bornes de recharge rapide, qui sont d’une puissance de 400 volts contrairement à 240 pour les bornes régulières.

Actuellement, on ne recenserait qu’une dizaine de bornes de recharge rapide à Montréal. «C’est ridiculement bas, déplore Daniel Breton. À Saint-Hyacinthe, il y en a cinq et il y a 60 000 habitants.»

«Ce ne sont que les voitures 100% électriques qui s’y branchent, ce qui est à peu près la moitié des voitures rechargeables au Québec», explique le porte-parole d’Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty. 

Une étude est en cours pour élaborer un prochain déploiement de bornes d’ici 2025.  

En collaboration avec Laurent Lavoie.