Île-des-Sœurs
10:04 9 mai 2020 | mise à jour le: 9 mai 2020 à 10:04 temps de lecture: 3 minutes

Le rôle d’une maman en période de confinement

Le rôle d’une maman en période de confinement
Photo: IDS/Verdun-Hebdo - Katrine DesautelsAndréanne Rivard est accompagnée de son conjoint Danny et de ses enfants Juliette, Léa et Logan.

À l’approche de la fête des Mères, le rôle de maman s’est vu transformer depuis le début du confinement. Parlez-en à Andréanne Rivard, son quotidien se passe plutôt bien alors que l’horaire a été organisé en famille.

Étant également enseignante à l’école primaire Notre-Dame-de-la-Garde à Verdun, le côté scolaire reste important. «Je pense que mon rôle de prof me suit parfois à la maison», raconte-t-elle.

La Verdunoise est maman de trois enfants : Juliette 13 ans, Léa 11 ans et Logan 6 ans. «On a l’habitude de passer la fête des Mères avec les grands-parents, dit Mme Rivard. C’est certain que ça va être différent cette année, il n’y aura pas de visites, ça va être entre nous.»

Elle laisse le soin à son conjoint et à ses enfants d’organiser un petit quelque chose de spécial et le déjeuner au lit de la semaine passée lui a mis la puce à l’oreille.

La maman de 39 ans ne se fait pas trop de soucis avec le confinement et la situation actuelle et y voit même un côté positif. «On a vraiment resserré les liens ensemble, on a pris le temps de rire et je pense que ça fait du bien au couple et à la famille», souligne-t-elle.

Activités

Sur un gros carton qu’ils ont bricolé, on retrouve environ sept activités à faire dans une journée, notamment des périodes de lecture, de plein air, des travaux scolaires, des tâches ménagères, des jeux de société et bien d’autres.

Les enfants apprécient, mentionne Mme Rivard, ajoutant que la plupart du temps, même s’ils n’ont pas le même âge, les enfants participent ensemble. «C’est certain que ça prenait ça pour garder un encadrement et que ça soit équilibré dans la journée», ajoute-t-elle.

«Je pense qu’il y a quand même du positif dans tout cela, parce que les familles se sont retrouvées et elles ont pris le temps de vivre ensemble des choses qui ne sont pas toujours évidentes dans le tourbillon de la vie.»

— Andréanne Rivard, maman de trois enfants.

Même si Mme Rivard continue de travailler à distance, elle est consciente que la situation est plus difficile pour d’autres familles. «Je parle à des parents qui sont en télétravail et ça doit être moins évident d’avoir des rencontres toute la journée et d’avoir des comptes à rendre avec les enfants pas loin», souligne-t-elle.

D’ailleurs, elle aide une amie monoparentale pour qui il est plus difficile de faire ses courses avec sa fille de quatre ans.

Retour en classe

Andréanne Rivard a quelques appréhensions quant au retour à l’école le 19 mai, même si elle a très hâte de revoir ses élèves. «C’est certain qu’au retour en classe, ça va demander une adaptation assez grande pour chacun. Juste de conserver ses distances avec des enfants de six ou sept ans ça risque de s’avérer plutôt difficile», croit-elle.

Au retour, les enfants ne seront peut-être plus au même niveau académique. Elle a rassuré des parents leur indiquant que certaines leçons seront expliquées plus doucement et même revues à l’automne prochain au besoin. L’enseignante souligne que cela fait partie de leurs tâches habituelles de s’adapter au niveau de chacun.

Articles similaires