Art de vivre
11:34 1 mars 2021 | mise à jour le: 2 mars 2021 à 08:25 temps de lecture: 4 minutes

Le Cafécoquetel, un lieu d’échange

Le Cafécoquetel, un lieu d’échange
Photo: GracieusetéLe Cafécoquetel se veut un endroit pour ouvrir la discussion autour du thème du café et du cocktail.

Le tout nouveau Cafécoquetel sur la rue Faillon Est dans Villeray propose un concept original qui met l’accent sur l’échange et la discussion tant autour du café que des cocktails.

«On habite dans Villeray et on cherchait un endroit dans notre quartier parce qu’on avait envie d’avoir nos voisins comme nos clients, présente la copropriétaire Pénéloppe Tancrède. Il n’y a pas beaucoup de locaux commerciaux qui offrent le café et qui sont une buvette le soir.»

Les copropriétaires Gabriel Lavallé et Pénéloppe Tancrède cherchent à créer un endroit propice au dialogue afin d’initier la clientèle à leur passion pour les cocktails. Ils veulent créer une ambiance qui s’approche plus d’un café que d’un bar.

«On s’est rendu compte que [la discussion] était quelque chose de vraiment difficile à faire dans un bar à cocktail ou dans un bar en général, car c’est super bruyant et très occupé», reconnaît M. Lavallée. «Le service restaurant est plus rapide aussi, on a moins l’occasion de jaser avec les clients», ajoute Mme Tancrède.

Les deux jeunes en savent quelque chose, eux qui ont fait leurs armes dans le domaine de la restauration. Mme Tancrède a œuvré à la Brasserie Harricana située sur Jean-Talon. Quant à lui, M. Lavallée a été barista au café Paquebot.

Ils partagent en outre le même torréfacteur, Zab, une entreprise montréalaise pour laquelle Gab est d’ailleurs actionnaire.

«Zab et Paquebot c’est notre famille, ce sont nos mentors», admet Mme Tancrède.

Un menu embaumant

Bien qu’il ne soit toujours pas permis de servir des cocktails en raison des mesures sanitaires, le Cafécoquetel a tout de même élaboré une carte de breuvages sans alcool.

Parmi ceux qui retiennent l’attention, on note le «Gen Tonic», un jeu de mots sur le cocktail bien connu et la baie de genévrier, un petit fruit très goûteux ordinairement utilisé dans la confection du gin.

«On voulait créer un gin-tonic sans alcool qui est fait à partir d’infusion de plantes qu’on utilise dans le gin habituellement, mais sans l’alcool. Ç’a été beaucoup d’essai-erreur», concède M. Lavallée. Il s’agit d’un sirop de tonic minutieusement conçu à partir de quinine qui est mélangé à un autre sirop, pas trop sucré celui-là, savamment parfumé d’un mélange de plantes aromatiques. Le tout est agrémenté d’un amer à la lavande, d’eau pétillante et d’une tranche de lime. «Ça donne un bouquet de saveur et de complexité qui est super intéressant», promet-il.

Du côté du café, impossible d’ignorer le latté à la rose et au poivre rose.

«On fait une infusion de pétales de rose et de poivre rose qu’on laisse mijoter pendant une nuit. Le poivre donne un petit relief aromatique, mais ce ne va pas être piquant», expose Mme Tancrède.

En cuisine, c’est Marie-Florence Gagnon, anciennement au poste de garde-manger au restaurant La Récolte, qui concocte les petits plats alléchants comme la tartine gravlax au scotch et au lapsang souchong, le grilled cheese croquant dans lequel on retrouve des légumes marinés du moment ou encore le grilled cheese sucré, susceptible de rappeler des souvenirs d’enfance.

Pour siroter un café ou bien un cocktail et goûter aux recettes de Marie-Flo, il faut s’attendre à payer autour de 15$. L’établissement est ouvert de 9h à 18h du jeudi au mardi. Dès qu’il sera possible de servir de l’alcool, les heures d’ouverture seront prolongées jusqu’à 21h.

Articles similaires