Villeray – Parc Ex – Petite-Patrie

Promouvoir l’importance des bénévoles de cinquante ans et plus

Le RABQ a lancé la formation CAP sur les bénévoles de 50 ans et plus pour aider les gestionnaires de bénévoles à mieux en recruter Photo: Archives/Métro Média

Le Réseau de l’action bénévole du Québec (RABQ) a lancé la formation CAP sur les bénévoles de 50 ans et plus. Cette formation a comme objectif d’offrir des outils pour les personnes ayant la responsabilité de coordonner le travail des bénévoles de ce groupe d’âge.

« L’objectif est de mieux accueillir, encadrer et recruter les bénévoles de 50 ans et plus », indique Maryline Fournier, directrice générale du RABQ situé dans Parc-Extension.

Cette formation s’inscrit dans le cadre du programme gestion et encadrement organisationnel des bénévoles (GEO), lancé en mars 2020.

En entretien avec Métro, Mme Fournier mentionne que l’avenir du bénévolat au Québec passe par ceux ayant cinquante ans et plus. Ces derniers représentent 43% des bénévoles au Québec selon une étude réalisée par le RABQ en 2018.

« En observant ce qui se passe sur le terrain, on s’est rendu compte qu’il y avait un besoin d’amélioration du traitement de ces bénévoles-là », explique-t-elle.

Une formation à plusieurs thématiques

Plusieurs experts abordent plusieurs sujets importants au sujet du bénévolat chez les cinquante ans et plus au cours de cette formation.

Tout d’abord, le Dr David Lussier, gériatre à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM) et directeur scientifique du programme AvantÂge, explique l’enjeu du vieillissement vs la pathologie.

Par la suite, la Professeure Helen-Maria Vasiliadis, de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, parle de l’importance de la surveillance de la santé mentale chez ce groupe de bénévoles.

«L’objectif est de mieux accueillir, encadrer et recruter les bénévoles de 50 ans et plus. Ces bénévoles constituent 43% des bénévoles au Québec »

« L’objectif est de mieux accueillir, encadrer et recruter les bénévoles de 50 ans et plus. Ces bénévoles constituent 43% des bénévoles au Québec »

De plus, Éric Maubert, coordonnateur au Centre d’Excellence sur la Longévité du RUISSS McGill, aborde des facteurs pouvant influencer l’engagement bénévole chez les cinquante ans et plus.

De son côté, le Dr Joël Monzée, directeur fondateur de l’Institut de développement de l’enfant et de la famille, montre les bienfaits de l’implication sur la santé physique et mentale.

Des retours positifs

Plus d’une cinquantaine de gestionnaires ont participé à la formation toujours disponible en ligne gratuitement sur le site du RABQ.

« On a reçu beaucoup de commentaires positifs. Les gestionnaires qui ont participé à la formation jusqu’à maintenant nous ont dit avoir plus d’outils pour mieux encadrer et recruter des bénévoles de cinquante ans et plus », mentionne Maryline Fournier.

Articles récents du même sujet