Monde
13:27 8 mai 2020 | mise à jour le: 8 mai 2020 à 13:32 temps de lecture: 2 minutes

Une vaste majorité d’Américains inquiets du déconfinement

Une vaste majorité d’Américains inquiets du déconfinement
Photo: Drew Angerer/Getty ImagesMalgré de nombreuses manifestations pour la levée du confinement ces dernières semaines aux États-Unis, dont celle à Richmond en Virginie le 6 mai (photo), une large majorité d'Américains sont inquiets du déconfinement, révèle un sondage.

Une large majorité d’Américains se disent inquiets que le prix du déconfinement en cours dans le pays soit trop lourd à payer en termes de vies humaines, selon un sondage publié vendredi.

Selon ce sondage de l’institut Ipsos pour ABC News, 64% des sondés estiment que la reprise de l’activité économique «ne vaut pas la peine parce que cela coûtera des vies humaines», alors que la COVID-19 a fait plus de 75 000 morts aux États-Unis et que le déconfinement est en cours dans plusieurs États.

L’inquiétude se fait surtout sentir chez les électeurs démocrates (92%), les minorités ethniques (84%) et les femmes (72%).

Et 77% des personnes interrogées se disent inquiètes que le coronavirus les contamine elles ou leurs connaissances.

L’enquête a été réalisée les 6 et 7 mai sur un échantillon de 532 adultes, avec une marge d’erreur 4,9 points.

Face à une crise économique majeure, plusieurs États américains ont annoncé un assouplissement des mesures de confinement et la réouverture de certains commerces et entreprises, avec le soutien du président Donald Trump qui s’est dit prêt à assumer le risque de victimes supplémentaires.

«Je ne dis pas que tout est parfait. (…) Est-ce que certains vont être durement touchés? Oui. Mais nous devons ouvrir notre pays et nous devons l’ouvrir bientôt», a-t-il lancé mardi lors d’une visite dans une usine de masques respiratoires.

Le milliardaire républicain comptait sur une économie au beau fixe pour être réélu en novembre. Mais le coronavirus a plongé le pays dans une crise historique, avec plus 20,5 millions d’emplois détruits et un taux de chômage à 14,7%, et sa gestion de la lutte contre la pandémie est critiquée.

Selon Ipsos, 57% des sondés désapprouvent sa façon de gérer la crise, contre 42% qui soutiennent l’action présidentielle.

Alors que plusieurs essais de vaccins sont en cours dans le monde, un quart des sondés se disent toutefois méfiants et ne pensent pas se faire vacciner, même si le vaccin est «sans risque et efficace».

Articles similaires