Vie numérique

Apple Arcade: la troisième voie

Apple Arcade: la troisième voie

Après les jeux payants et semi-payants, le lancement d’Apple Arcade le mois dernier marque l’arrivée d’un nouveau genre de jeux vidéo mobiles.

Pour 5,99$ par mois, jusqu’à six membres d’une famille peuvent télécharger et jouer à volonté à une centaine de jeux originaux, grâce à la plateforme Apple Arcade, offerte sur les iPhone, iPad, Mac et consoles Apple TV. Un modèle d’affaires qui représente une nouvelle façon de s’adonner à ce passe-temps, mais qui risque aussi de changer la façon dont certains jeux sont développés.

Acheter les premiers jeux vidéo mobiles était une affaire simple. Comme avec les titres pour consoles, on sortait sa carte de crédit, on y jouait un temps, puis on passait à autre chose.

La montée des jeux semi-payants (free to play) a changé la donne. Depuis, les logiciels ne coûtent généralement plus rien, mais il faut ensuite payer des achats intégrés pour bénéficier de l’expérience optimale.

Les «jeux comme un service» dominent désormais le marché.

Après tout, pourquoi quelqu’un payerait 9,99$ pour un jeu de tir quand Fortnite est gratuit?

Ces jeux sont constamment mis à jour par les développeurs pour inciter les joueurs à y revenir, et ils sont optimisés pour encourager la consommation, que ce soit pour changer les costumes de ses personnages ou déverrouiller de nouvelles habiletés.

«C’est rendu difficile pour les jeux payants traditionnels», confirme Mark Hickey, vice-président, Mobilité, chez l’éditeur Devolver Games, en entrevue avec Métro. Son entreprise est l’une des plus prolifiques sur Apple Arcade, avec quatre jeux sur la plateforme, dont Bleak Swordet Cricket through the Ages.

On ignore comment Apple partage les revenus des abonnements avec les développeurs, mais il semble que l’entreprise leur paye une avance suffisante créer des jeux à la hauteur de leurs ambitions.

Les premiers titres sur Apple Arcade impressionnent d’ailleurs par leur qualité et leur originalité.

Apple Arcade ne marque toutefois pas forcément un retour à l’ancien modèle, où un jeu était publié et où les développeurs s’attaquaient ensuite à un autre titre. «Les quatre jeux que nous avons lancés vont être mis à jour avec le temps. Le fait qu’on s’abonne à la plateforme n’arrête pas la tendance du jeu comme un service», confie Mark Hickey.

L’avance d’Apple permet aux développeurs de créer des expériences traditionnelles de quelques heures sur Apple Arcade, mais il semble que l’entreprise partage aussi les revenus du service en fonction des succès des jeux, ce qui explique pourquoi certains continueront d’être mis à jour.

Ce sont ces titres qui offrent du contenu de qualité à long terme sans tenter de vider les poches des joueurs qui représentent une nouvelle option pour les studios. Il s’agit d’une nouvelle avenue prometteuse, tant pour les créateurs que pour les joueurs.