Société

La semaine de travail de quatre jours gagne en popularité

La COVID-19 et ses conséquences ont incité de nombreuses entreprises à travers le monde de changer la routine de leurs travailleurs, ce qui pourrait mener à des emplois plus sûrs et mieux payés. Photo: 123RF
Miguel Velázquez - Metro World News

L’urgence sanitaire mondiale a affecté de nombreux aspects de nos vies. Et l’un d’eux est notre horaire de travail. Métro a exploré cet élément.

De nouvelles pratiques comme le télétravail ou le fait de raccourcir la semaine de travail sont devenues plus pertinentes durant la pandémie, ce qui pourrait changer le monde du travail dans l’avenir, selon les experts.

Au moins 71% des employés préfèrent une semaine de travail raccourcie à quatre jours, selon un sondage mené par Hays, l’une des principales sociétés de ressources humaines établie en Espagne, l’un des pays les plus avancés dans l’implantation de ce modèle.

Une vraie option

«La COVID-19 a encouragé certaines organisations et même certains pays de considérer la semaine de quatre jours comme une réelle option», indique en entrevue Jarrod Haar, un professeur de gestion des ressources humaines et directeur adjoint de l’Institut néo-zélandais de recherche sur le travail à l’Université de technologie d’Auckland.

Il ajoute que «c’est fondamentalement à propos de ce qui est mieux pour les travailleurs et les employeurs. Au lieu de surcharger les employés et de faire peu de profits, une semaine de quatre jours offre de réels avantages, alors que les employés peuvent se concentrer sur leur travail pendant les quatre jours et passer les autres journées avec leur famille ou dans la communauté. Dans cette époque difficile, de passer du temps et de vivre des expériences avec les autres peut être inestimable !»

«Les plus vulnérables sont ceux qui occupent des emplois peu rémunérés et précaires et sont les plus susceptibles de perdre leurs emplois ou d’être renvoyés», affirme M. Haar.

Il conclut que «les employés de bureau s’en sortent le mieux, alors qu’ils sont souvent en mesure de continuer de travailler (de la maison). Cependant, ceux qui ont des familles d’âge scolaire, qui se retrouvent à travailler de la maison pour la première fois à temps plein en plus d’avoir à gérer les enfants et les devoirs ont découvert un tout nouveau monde de défis. Ces défis pour les parents qui travaillent sont particulièrement difficiles, bien qu’ils aient toujours un emploi rémunéré. Ce n’était pas quelque chose dont ils pouvaient se plaindre. Le positif là-dedans est que cela nous a fait réfléchir sur comment nous travaillons où et à quelle fréquence, ce qui ouvre peut-être la porte à une semaine de quatre jours.»

«Le plus important est de ne pas prendre une approche universelle. La semaine de quatre jours peut représenter une bonne option, mais il y a plusieurs autres types d’arrangements de travail flexibles, et chaque compagnie devrait analyser ce qui est mieux pour elle et ses travailleurs.»

Rita Fontinha, professeure associée de gestion stratégique des ressources humaines à l’École de commerce Henley de l’Université de Reading

Deux questions à…

Miriam Marra, professeure associée de finance au Centre ICMA de l’École de commerce Henley, à l’Université de Reading du Royaume-Uni

Est-ce que l’intérêt pour l’implantation d’une semaine de travail de quatre jours a augmenté à la suite de la pandémie ?

Oui. D’un côté, la pandémie a ralenti la croissance et a accru les inégalités et le chômage dans plusieurs pays. D’un autre côté, elle a créé une envie de réinventer les lieux de travail et d’inciter les entreprises à adopter un modèle d’organisation du travail davantage axé sur les travailleurs et plus indépendant.

Quels sont les bénéfices associés à avoir un jour de repos de plus ?

Dans notre recherche, nous avons également souligné que les bénéfices de cet arrangement ne sont pas seulement pour les entreprises et le monde du travail. Une journée de congé supplémentaire pourrait avoir un effet d’entraînement sur la société au sens plus large. Nous avons trouvé que 54% des employés ont dit qu’ils passeraient leur journée à magasiner, ce qui voudrait dire un coup de pouce potentiel pour la grande rue, 43% iraient au cinéma ou au théâtre et 39% iraient au restaurant. C’est vraiment important étant donné le climat économique actuel et ce serait encore plus important pour les secteurs durement touchés par la pandémie, comme le tourisme local.

Alors que le passage à une semaine de travail plus courte peut ne pas répondre au problème de hausse du chômage, indirectement, cela pourrait mener à la création de postes vacants plus sûrs et mieux rémunérés alors que les individus réduiraient leurs heures de travail dans les différents secteurs d’emploi, créant ainsi une demande pour la main-d’œuvre.

Cela aurait des effets d’entraînement positifs également en termes de redistribution du travail, par exemple en améliorant la question de l’inégalité entre les sexes (c’est-à-dire que les femmes ne participent pas autant au marché du travail que les hommes).


Les plus et les moins de la semaine de quatre jours

  1. «Pour les travailleurs, les points positifs incluent la capacité à gagner plus de liberté dans leur utilisation du temps. De longues heures de travail sont également associées à des coûts pour ce qui est de la santé (incluant le burnout). Ces coûts peuvent être combattus en travaillant moins. Les points négatifs pour les travailleurs incluent une paie potentiellement moins élevée (même si l’idéal serait d’être en mesure de garantir des heures de travail réduites sans perte de salaire). Des pénuries de main-d’œuvre pourraient se produire si les heures de travail sont réduites (ce qui impliquerait la nécessité de formations supplémentaire).»

    David Spencer, professeur à l’École de commerce de l’Université Leeds (Royaume-Uni)
  2. «Les résultats de notre étude à l’École de commerce Henley d’avant la pandémie ont démontré une productivité accrue, malgré des coûts initiaux accrus. Les employés ont rapporté une augmentation globale de leur satisfaction au travail et une baisse des taux de maladie des employés. Les inconvénients de cette modalité sont liés au fait qu’elle est difficile à mettre en œuvre de manière logistique dans les entreprises qui dépendent d’emplois qui impliquent un travail manuel ou une interaction constante avec le public (par exemple la santé). Il pourrait aussi y avoir des problèmes de confiance entre les patrons et les employés.»

    Rita Fontinha, professeure associée de gestion stratégique des ressources humaines à l’École de commerce Henley de l’Université de Reading (Royaume-Uni)
  3. «La semaine de travail de quatre jours est centrée sur le 100-80-100. C’est donc l’équivalent de cinq jours de travail en seulement quatre journées et 100% de la paie. Cette théorie est assez solide – la plupart des effectifs de main-d’œuvre passent trop de temps à des activités non-productives. La semaine de quatre jours modifie ce point de focalisation pour s’assurer que le focus est sur le travail productif. La récompense est le jour de congé supplémentaire. Alors les avantages sont que les travailleurs se sentent moins stressés – principalement parce qu’on leur donne plus de contrôle. Ils sont également plus engagés et plus susceptibles de mieux performer, y compris au-delà de la productivité générale du travail et dans le cadre d’une meilleure orientation client et de meilleurs comportements d’aide au sein de l’équipe. Les désavantages sont que les propriétaires et les gestionnaires doivent réaliser qu’il y a une réelle décision de confiance à faire, et cela peut représenter un défi pour certains gestionnaires. Les gains à réaliser semblent assez clairs, mais il est difficile pour certains dirigeants d’accepter le changement.»

    Jarrod Haar, professeur de gestion des ressources humaines et directeur adjoint de l’Institut néo-zélandais de recherche sur le travail à l’Université de technologie (Auckland­)

Articles récents du même sujet