Vivre ensemble

La réduction des inégalités de revenus devrait être une priorité, pense une majorité de Québécois

Photo: Josie Desmarais/Métro

Une forte majorité de Québécois est d’avis que la réduction des inégalités de revenus devrait être une priorité pour la société québécoise et pour les gouvernements, selon les résultats d’un sondage dévoilé par l’Observatoire québécois des inégalités

En effet, 87% des répondants se disent d’accord (tout à fait ou plutôt) à l’effet que la réduction des inégalités de revenu, de manière générale, soit une priorité pour la société québécoise. 

Toutefois, les femmes pèsent plus lourd dans la balance puisque 90% d’entre elles sont tout à fait ou plutôt d’accord, contre 83% chez les hommes. 

De même, les personnes retraitées sont plus enclines à se montrer en accord, à 93%, alors que les personnes en emploi le sont un peu moins, à 84%.

En termes d’allégeance politique, les partisans du Nouveau Parti démocratique du Canada (NPD) sont les plus en accord avec 97%

Au contraire, les personnes qui s’identifient au Parti conservateur représentent la plus petite proportion en accord, à 82%. Notons également que les conservateurs en accord se disaient davantage «plutôt d’accord» (52%) que «tout à fait d’accord» (30%).

Évolution des inégalités de revenus

Par ailleurs, une grande partie des répondants estime que les inégalités de revenu ont augmenté au Québec depuis 1990. 

En effet, si 64% des personnes sondées pensent que les inégalités de revenu ont augmenté dans les 30 dernières années, 35% d’entre elles pensent qu’elles ont fortement augmenté. 

Une question du sondage portait aussi sur le développement des inégalités de revenu dans les cinq prochaines années. 

À ce sujet, les Québécois semblent plutôt pessimistes. Seulement 9% d’entre eux s’attendent à une diminution des inégalités de revenu alors que 57% des répondants prévoient une augmentation.

En comparant ces résultats à ceux d’un sondage de 2013 dans lequel une question similaire avait été posée, L’Observatoire constate que les Québécois étaient plus optimistes il y a quelques années.

En 2013, près de 70% des répondants s’attendaient à une augmentation des inégalités de revenu, comparé à 57% en 2020. Or, la part qui pensait assister à une diminution dans les années à suivre était de 6%, ce qui signifie que le résultat de 2020 (9%) ne représente qu’une légère augmentation.

Inégalités de revenus liées à la pandémie

Une majorité (71%) des répondants croit que la pandémie de COVID-19 a eu pour effet d’augmenter les inégalités de revenu au Québec. Au contraire, 8% ne voient aucun effet et 9% pensent que l’effet aurait plutôt été réducteur.

Les femmes sont les plus enclines à penser que la pandémie a augmenté les inégalités de revenu (74% contre 68% chez les hommes).

Les réponses diffèrent également selon l’occupation. Le groupe le plus convaincu que la pandémie n’a pas eu d’effet est constitué des personnes qui travaillent à leur compte (17%).

Le groupe dont la perception penche pour l’augmentation des inégalités de revenu est constitué des étudiants (82%) tandis que le groupe qui dit le plus majoritairement ne pas savoir est constitué des personnes sans emploi (23%).

Le sondage a été effectué par la firme Léger auprès de 1000 répondants québécois de 18 ans et plus entre le 29 octobre et le 4 novembre 2020. Les résultats sont pondérés à l’aide des données de Statistique Canada et la marge d’erreur est estimée à 3,1%.

Articles récents du même sujet