Mobilité

Au tour de la STM de critiquer le REM de l’Est 

Maquette de la station Notre-Dame du futur REM de l'Est
Photo: Courtoisie – CDPQ Infra

C’est au tour de la STM de remettre en question la pertinence du REM de l’Est. Cet accueil mitigé de la STM s’ajoute aux critiques exprimées hier par l’ARTM.

Les constats de la Société de transport de Montréal (STM) sur les impacts qu’aura le REM de l’Est sur son réseau de transport en commun ont été révélés dans La Presse mercredi matin. Le quotidien dit avoir mis la main sur une analyse interne, non signée et non datée.

Questionnée sur cette note par Métro, la STM confirme son existence, mais refuse de la transmettre sans passer par une demande d’accès à l’information.

L’analyse obtenue par La Presse révèle notamment que la STM n’a «aucunement» été consultée pour le projet. Comme l’ARTM, la STM estime que le REM de l’Est va cannibaliser les déplacements actuellement enregistrés par les autres lignes de transport en commun, plutôt que de favoriser le passage de l’automobile au transport collectif.

«Ce modèle n’est pas viable à court, moyen et long termes pour la région», déplore la STM.

Des appuis réitérés pour le REM de l’Est

En marge du comité exécutif, la mairesse de Montréal a tenu à rappeler mercredi son appui au projet de REM de l’Est.

Il est important de rappeler à quel point un réseau de transport collectif structurant est important pour l’Est. C’est un outil incomparable au niveau du développement économique, du développement résidentiel. C’est une des meilleures façons de contribuer à la revitalisation de ce secteur. Ce projet, on y croit.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

La mairesse de Montréal-Nord, Christine Black, a elle aussi réitéré son appui au projet, qu’elle qualifie de «vital» pour le développement du quartier. Selon le tracé proposé, le secteur de Montréal-Nord accueillera en effet deux stations du REM. La construction d’une école secondaire, qui accueillera plus de 1700 élèves, et d’une école primaire sont aussi prévus dans l’arrondissement.

Cette prolongation [du REM] est vitale pour Montréal-Nord. Elle va complètement changer la donne pour beaucoup de familles et de gens d’affaires de chez nous. Les besoins sont importants dans notre secteur cloisonné, voire isolé, et où la voiture est souvent la seule option.

Christine Black, mairesse de Montréal Nord

Pour l’Association des commerçants et professionnels du Vieux PAT (ACPVPAT),le REM permettrait d’amener «plus de tourisme» dans l’Est et d’attirer de la main-d’œuvre qualifiée dans le secteur, mais aussi de faciliter l’accès aux cégeps et universités pour les citoyens du secteur.

«Les impacts positifs qu’aura le projet sur le développement de l’Est doivent être pris en compte et les personnes en faveur du projet doivent faire entendre leur voix», croit Joanne Paiement, présidente de l’ACPVPAT.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet