Techno

La prison pour un polluposteur

Un polluposteur américain a été condamné la semaine dernière à une peine d’emprisonnement de 21 mois.

Edward
«Eddie» Davidson, qui vit au Colorado, a plaidé coupable en décembre
2007 d’avoir envoyé des pourriels afin d’influencer des milliers
d’investisseurs à acheter des actions dans une vingtaine d’entreprises.
Il travaillait pour une société inconnue de Houston (Texas) et touchait
des primes en fonction du volume d’actions vendues.

Afin de donner plus de crédibilité aux pourriels qu’il envoyait,
Davidson substituait son nom par celui d’entreprises américaines
connues comme AOL.

Selon les policiers, le stratagème de l’homme de 35 ans était
payant. Entre 2003 et 2006, il aurait empoché plus de 3,5 millions de
dollars grâce à ses activités illégales.

En plus d’avoir plaidé coupable aux chefs de fraude qui pesaient
contre lui, Davidson a également reconnu qu’il avait trafiqué ses
déclarations de revenus. Outre sa peine d’emprisonnement, il devra donc
rembourser 714 000 dollars au Département américain du Revenu.

Cette condamnation survient après le verdict de culpabilité prononcé en mars dernier contre Robert Soloway, surnommé le « roi du pourriel
». L’homme de 28 ans fait quant à lui face à une peine d’emprisonnement
de 26 ans et pourrait être condamné à payer une amende de plus de 700
000 dollars américains. Soloway a longtemps été considéré comme l’un
des dix principaux polluposteurs de la planète, selon l’organisme de
lutte contre le pollupostage Spamhaus.

Articles récents du même sujet