Techno

Ottawa demande des explications à Bell et Telus

Le ministre de l’Industrie Jim Prentice
demande des explications aux deux fournisseurs de services
téléphoniques suite à leur décision d’exiger des frais pour les
messages textos entrants.

Le
ministre de l’Industrie du Canada, Jim Prentice, a diffusé aujourd’hui
un communiqué dans lequel il dit avoir fait parvenir aux
présidents-directeurs généraux de Bell Mobilité et de Telus une lettre
sollicitant une rencontre à Ottawa d’ici le 8 août afin d’obtenir des
explications sur la structure de fixation des prix à l’égard des
messages texte.

Le ministre, qui ne croit pas la décision éclairée, dit toutefois ne
pas vouloir s’immiscer dans les décisions d’affaires quotidiennes des
deux entreprises privées, mais protéger les intérêts des consommateurs,
soulevant notamment leurs préoccupations en ce qui concerne les frais
liés aux messages texte non sollicités.

Par ailleurs, l’Union des consommateurs dénonce la décision de Bell
et Telus, puisqu’il s’agit notamment, selon le groupe de défense des
consommateurs, d’une modification unilatérale du contrat entre les
fournisseurs et leurs clients.

Interrogé par La Presse Canadienne, le porte-parole de l’Union des
consommateurs, Charles Tanguay a déclaré, «quand vous m’offrez un
forfait de trois ans et que vous m’attachez les deux mains biens
serrées avec des pénalités abusives pour que je respecte mon engagement
de trois ans, la moindre des choses c’est qu’on s’attende à la même
chose de la part du fournisseur, qu’il respecte lui aussi son
engagement de trois ans. Or s’il nous dit que ses textos sont gratuits,
qu’il nous les laisse gratuits jusqu’à la fin des trois ans».

Selon l’Association canadienne des télécommunications sans fil, 45,3
millions de messages textos sont envoyés chaque jour au Canada.

Articles récents du même sujet