Techno

Ubisoft se paie Hybride

Ubisoft poursuit sa croissance en acquérant la société québécoise Hybride Technologies, qui se spécialise dans la création d’effets visuels au cinéma.

«Nulle part ailleurs dans le monde un leader du jeu vidéo et un leader du film n’ont encore uni leurs forces pour redéfinir le divertissement numérique de l’avenir», a fait savoir hier le président-directeur général d’Ubisoft Montréal, Yannis Mallat.

Le montant de la transaction demeure confidentiel, mais les dirigeants d’Ubisoft Montréal et d’Hybride Technologies ont toutefois pu assurer qu’aucun employé ne sera licencié en raison de cette acquisition.

Située dans les Laurentides, la société Hybride Techno-logies est connue pour avoir entre autres travaillé à des productions de cinéma et de télévision, comme 300, de Zack Snyder, Sin City, de Frank Miller, Journey to the Center of the Earth, d’Eric Brevig ainsi que Napoléon, d’Yves Simoneau.

«On partage le même marché, a expliqué le président des opérations d’Hybride Technologies, Pierre Raymond. La personne qui s’assoit au cinéma pour voir 300, c’est la même personne qui s’installe avec une PlayStation pour jouer à Assassin’s Creed.»

Échange d’information

Cette nouvelle filiation permettra aux deux entreprises d’échanger leur savoir et de faire de la recherche et du développement ensemble. En plus de poursuivre leurs projets respectifs, elles envisagent de travailler ensemble à un court-métrage ou à un épisode sur des propriétés intellectuelles d’Ubisoft.

Cette entente fera aussi en sorte que les jeux vidéo d’Ubisoft, bien qu’ils soient aujourd’hui limités par les consoles, présenteront dès 2010 une facture visuelle améliorée, selon Yannis Mallat. «On envisage que les prochaines consoles de jeux auront les capacités d’afficher ce qu’on trouve aujourd’hui au cinéma», a-t-il ajouté pour expliquer les avantages que procuront à Ubisoft les échanges d’information avec Hybride Technologies.

Articles récents du même sujet