Techno

La Chine se ravise…partiellement

Le président chinois, Hu Jintao, a renouvelé
aujourd’hui la promesse faite à la communauté internationale de donner
aux journalistes le libre accès à Internet pour la tenue des Jeux de
Pékin.


Il
semble que le filtre, qui empêchait en début de semaine aux
journalistes étrangers, basés à Pékin, d’accéder aux sites d’Amnistie
internationale, du site chinois de la BBC, de la chaîne allemande
Deutsche Welle, du quotidien de Hong Kong Apple Daily, et du Liberty Time de Taiwan, semble s’éclaircir partiellement.

C’est du moins ce qu’a laissé entendre aujourd’hui le président
chinois, Hu Jintao, qui a rencontré un groupe de journalistes étrangers
en renouvelant une promesse faite par la Chine en janvier dernier.

«Nous continuerons à fournir des moyens pour que les journalistes
étrangers puissent travailler», a déclaré le président chinois qui a
dit souhaiter une couverture médiatique «objective» des Jeux.

«L’affaire a été réglé», a pour sa part indiqué la vice-présidente
du CIO, Gunilla Lindberg à l’agence Reuters. La commission de
coordination du CIO a rencontré le comité organisateur des Jeux de
Pékin la nuit dernière et «l’utilisation de l’Internet sera la même que
lors de la tenue des autres Jeux», a précisé Madame Lindberg.

De son côté, l’organisme de défense des droits de la personne Amnistie
internationale, qui a sévèrement critiqué la Chine pour ses violations
des droits humains à l’approche des Jeux dans un récent rapport,
a salué le geste de la Chine tout en rappelant que «bloquer et
débloquer arbitrairement certains sites n’est pas en accord avec le
devoir de se conformer aux critères internationaux de liberté
d’information et d’expression». Les sites traitants du mouvement
spirituel Falun Gong, ainsi que ceux de dissidents tibétains demeurent
toutefois inaccessibles.

Articles récents du même sujet