Techno
14:56 2 février 2016 | mise à jour le: 2 février 2016 à 14:56 Temps de lecture: 5 minutes

Essai de la Razer Wildcat: une manette Xbox One pour les pros

Essai de la Razer Wildcat: une manette Xbox One pour les pros

Une manette fiable, confortable et qui permet d’améliorer ses performances : voilà ce que cherchent les joueurs de jeux vidéo professionnels lorsqu’il achètent une nouvelle manette, et voilà ce que tente d’offrir la Razer Wildcat pour Xbox One. Mission réussie? Oui, à condition d’avoir des besoins de pros.

Fiabilité: une question de fil
fil

La fiabilité de la Wildcat provient avant tout de sa connexion filaire. Les manettes sans fil offertes avec la Xbox One sont certainement avantageuses un samedi après-midi dans le salon, mais dans un tournoi, les risques de pertes de connexion sont trop grands pour utiliser une technologie du genre.

La Razer Wildcat est donc offerte avec un long fil en tissus solide, doté d’un mécanisme qui lui permet de se séparer en deux en cas d’accident. Bref, vous devrez le rebrancher si quelqu’un trébuche dessus, mais au moins, votre Xbox One ne tombera pas par terre.

Il est bon de noter que contrairement à la Xbox One Elite Controller de Microsoft, une manette professionnelle qui peut être utilisée avec ou sans fil, la Razer Wildcat doit obligatoirement être branchée, même pour les séances de jeu moins importantes.

Design: le poids et les collants
collant

Côté design, Razer a surtout mis tous ses efforts pour minimiser le poids de la manette. À 260 grammes, celle-ci est en effet légèrement moins lourde que la manette Xbox One régulière (262 grammes), et considérablement moins lourde que la Xbox One Elite Controller (348 grammes).

Le résultat devrait être moins fatiguant pour les bras pendant un entrainement de plusieurs heures pour un joueur professionnel, mais n’offre pas la même impression de qualité entre les mains que la manette professionnelle de Microsoft.

Alors que la manette de Microsoft offre une finition texturée à l’arrière pour assurer une bonne prise en main, Razer a plutôt préféré utiliser deux languettes autocollantes optionnelles. Le résultat est plus ou moins réussi, et donne l’impression d’un produit d’entrée de gamme, alors que ce n’est pourtant pas le cas. Dommage.

Les couvercles verts de caoutchouc que l’on peut poser sur les bâtons analogiques sont aussi plus glissants que les rebords texturés de la Xbox Box One Elite Controller.

Une expérience personnalisée

gachette

Razer se reprend heureusement dans les améliorations apportées à sa manette pour les joueurs. Celle-ci est notamment dotée de quatre boutons personnalisables, soit deux gâchettes sous l’appareil, et deux nouveaux boutons à l’arrière.

Ces quatre boutons ne peuvent pas être utilisés pour enregistrer des commandes macros (ce qui aurait rendu la manette illégale dans les tournois), mais ils peuvent reproduire un bouton existant. Le processus se fait d’une façon matérielle seulement, sans passer par aucun logiciel, ce qui est pratique si vous utilisez votre manette sur la route ou si vous voulez apporter un changement dans le feu de l’action.

Ces boutons représentent la plus grande amélioration par rapport à la Xbox One Elite Controller. L’appareil de Microsoft utilise plutôt quatre palettes amovibles sous la manette, une idée intéressante en théorie, mais avec une mauvaise exécution, puisqu’on les accroche trop souvent par erreur. Ce n’est jamais le cas avec la Razer Wildcat.

Notons que les nouvelles gâchettes sous la manette sont amovibles, mais à condition d’utiliser un petit tournevis fourni. Honnêtement, leur emplacement n’est pas dérangeant, les joueurs ne devraient donc pas choisir de les enlever de toute façon.

Parmi les autres différences par rapport à la manette professionnelle de Microsoft, ceux qui aiment avoir la gâchette facile aimeront le fait qu’il est possible de raccourcir le mouvement de ces dernières d’une façon matérielle, avec un mécanisme coulissant comme sur la Xbox One Elite Controller. Contrairement à celle-ci, il est toutefois aussi possible d’accélérer le temps de réponse des gâchettes d’une façon logicielle seulement. Des boutons au bas de la manette permettent aussi de contrôler le volume du microphone et des écouteurs.

Les boutons ABYX sont également différents, un peu plus faciles à enfoncer. On sent qu’il est possible de « pitonner » plus rapidement. Le son de cliquetis de ces boutons sera aussi apprécié des joueurs, mais il est bon de noter qu’il pourrait rapidement agresser ceux qui les entourent.

Le pavé directionnel est quant à lui un peu moins évolué que celui de la manette professionnelle de Microsoft, puisqu’il ne peut être modifié.

Ça vaut le coup?

jouer

À 169$ au Canada (en exclusivité chez EBGames), la Razer Wildcat est plus chère que la manette Xbox One sans fil régulière. Celle-ci offre des avantages indéniables pour les joueurs professionnels, qui devraient l’apprécier. Son prix est toutefois plus difficile à justifier pour le grand public, surtout considérant l’absence de mode sans fil optionnel.

La manette Razwer Wildcat est compatible avec la console Xbox One et les ordinateurs Windows 10.

Articles similaires