Le Plateau-Mont-Royal

Jeux du Québec: Adèle Desgagnés, l’argent du Plateau

Adèle Desgagnés a remporté deux médailles d'argent et une de bronze en compétition individuelle lors de ces Jeux du Québec. Photo: Romain Schué/TC Media
Romain Schué - TC Media

Résidente du Plateau-Mont-Royal, Adèle Desgagnés a étonné lors de cette 51e finale des Jeux du Québec. Avec trois médailles dont deux en argent lors des compétitions individuelles, la jeune cycliste de 14 ans ne cache pas son bonheur.

Pour ses premiers Jeux du Québec, elle n’imaginait pas une telle réussite. «J’espérais peut-être un podium, mais trois, c’est énorme ! Je ne pensais pas du tout en avoir autant», sourit l’élève du Collège Notre-Dame, juste avant de récupérer sa médaille de bronze décrochée mercredi lors du critérium.

Avec celles en argent obtenu au contre-la-montre et lors de la course sur route les deux jours précédents, Adèle se montre «vraiment fière».

«Lundi, lors du contre-la-montre, j’étais stressée. Cette épreuve, c’est ma force, mais j’avais raté quelques entraînements. Je n’étais pas sûre de moi», révèle-t-elle avant d’évoquer la course du lendemain.

«Monter le Mont-Royal, c’était vraiment difficile, poursuit l’adolescente. Je suis partie dans une échappée avec deux filles très fortes et j’avais des craintes. Mais tout s’est bien passé et je suis très contente.»

Ancienne nageuse
Ces Jeux, Adèle aurait pu y participer en natation. Après des débuts dans l’eau à 6 ans, elle a finalement troqué les bassins du Parc Olympique pour le vélo, un sport pratiqué déjà par son père et son grand frère.

«Au départ, j’avais commencé le cyclisme pour essayer de me lancer dans le triathlon. Mais j’ai finalement arrêté de nager définitivement cette année. Je n’avais plus temps», explique la licenciée du club VC Métropolitain qui a rapidement été convaincue par ce sport.

«Le vélo, rouler, c’est simple, assure-t-elle. Tu es au calme, tu peux réfléchir et il y a aussi beaucoup de stratégie. Oui, c’est un sport individuel, mais il y a des tactiques à mettre en place en équipe.»

Le Tour de l’Abitibi en point de mire
Avec cinq entraînements par semaine, d’1h à 1h30, Adèle, qui rêve de participer au très relevé Tour de l’Abitibi réservé aux cyclistes de 17-18 ans, perçoit ses progrès. Les résultats obtenus lors de ces Jeux du Québec la motivent.

«Ici, je découvre le haut-niveau, indique-t-elle. Il y a un gros esprit de compétition. On passe notre temps avec les cyclistes, les entraîneurs, les mécanos, ça donne le goût de continuer. C’est vraiment l’fun !»

Articles récents du même sujet