Actualités

Projet Montréal veut faire de l’Est le «pivot de la nouvelle économie»

Valérie Plante itinérance
Valérie Plante Photo: Josie Desmarais/Métro

Poursuivre la décontamination des terrains, créer des écoquartiers complets, avec des pôles d’emplois et d’habitation, créer une nouvelle zone d’innovation dans le secteur de la Pointe-de-l’île, telles sont les principales promesses de la cheffe de Projet Montréal pour l’est de Montréal.

Lors de la présentation de sa plateforme électorale, mercredi après-midi au Musée Pointe-à-Callières, la mairesse a présenté des «actions concrètes et ambitieuses» pour que la métropole continue de se distinguer en Amérique du Nord pour «sa qualité de vie et sa relance économique».

Pour cela, la cheffe de Projet Montréal mise sur la relance de l’est de Montréal qui deviendra «le pivot de la nouvelle économie».

Le développement de l’Est, c’est un peu notre carte de visite de ce qu’on veut faire en termes de développement économique vert et inclusif : de l’habitation, du transport structurant, des écoparcs, le Poumon vert.

Valérie Plante, mairesse sortante et candidate à la mairie de Montréal, cheffe de Projet Montréal

Ainsi pour que l’est de l’Île joue ce rôle de «carte de visite», Projet Montréal entend poursuivre le travail entrepris de décontamination des terrains pour en faire des écoquartiers qui rassembleront des habitations, pôles d’emploi et de services.

Au cours de la présentation de sa plateforme électorale, la mairesse a affirmé sa foi dans le concept de «ville en 15 minutes», c’est-à-dire que tous les services et «ce dont on a besoin au quotidien» doit être accessible en moins d’un quart d’heure.

«Le secteur pour lequel je suis très enthousiaste», dit Plante

Les acteurs locaux joueront un rôle dans la planification du développement économique de l’est de Montréal et Projet Montréal veut les appuyer. Notamment grâce à la transformation et la relance de pôle économique émergent du parc industriel de l’Est. Le parti entend également y créer trois zones d’innovation dont une à la Pointe-de-L’Île.

En matière de mobilité, Valérie Plante souhaite «réussir la planification et l’intégration» du REM au centre-ville et dans l’Est de Montréal, comme à Rivière-des-Prairies et dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Afin de faciliter les déplacements de l’Est et vers l’Est, Projet Montréal promet de rendre pérenne la navette fluviale au départ du Vieux-Port.

Plus tôt cette semaine, la mairesse a réitéré son engagement de rendre accessibles les berges le long du fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Prairies, avec un accès à l’eau au parc de la promenade Bellerive.

Un autre engagement phare de Projet Montréal vise à créer «un véritable Poumon vert dans l’Est», comprenant le Grand parc de l’Est, les corridors verts et l’agrandissement du parc-nature du Bois d’Anjou. Le parti souhaite travailler avec les partenaires pour que le parc de l’île Sainte-Thérèse voie le jour.

Fin septembre, Ensemble Montréal a également présenté sa plateforme électorale et ses ambitions pour l’Est. Le plan d’Ensemble Montréal prévoit de désenclaver l’Est et d’en faire «la première Silicon Valley verte en Amérique du Nord». On souhaite que 100 000 habitants de plus d’y établissent dans les 25 prochaines années».

D’autres promesses en rafales

La cheffe de Projet Montréal a présenté un plan qui veut «ramener l’équité entre les territoires, les services, les personnes et les générations».

La plateforme 2021 de Projet Montréal reflète une vision claire et cohérente de l’avenir de notre ville et des aspirations de la population montréalaise, pour aujourd’hui et pour demain. Avec Projet Montréal, la qualité de vie, l’abordabilité, la sécurité et la résilience écologique de Montréal continueront de permettre à la métropole de se démarquer et d’attirer les touristes, les investisseurs, les emplois et les étudiants.

Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal

Quelques mesures phares de la plateforme électorale 2021 de Projet Montréal :

  • Lancer une grande opération de 60 000 logements abordables pérennes le plus rapidement possible, en incluant 2 000 logements étudiants.
  • Planter 500 000 arbres afin d’atteindre 25 % de canopée d’ici 2030, et lutter contre les îlots de chaleur en priorisant la plantation dans les quartiers les plus à risque.
  • Développer des partenariats avec des propriétaires de stationnements privés afin d’augmenter l’offre de stationnements temporaires lors d’opérations de déneigement.
  • Créer un parc de vélos de montagne.
  • Permettre et soutenir l’implantation d’une sécurité publique locale dans les arrondissements qui le désirent.
  • Doubler le financement du budget annuel de la Ville de Montréal dédié à l’itinérance, à 6 M$.

Après Ensemble Montréal qui a présenté sa plateforme puis Projet Montréal, reste à Mouvement Montréal, parti de Balarama Holness qui a fusionné avec Ralliement pour Montréal de présenter la sienne.

Articles récents du même sujet