Montréal
18:51 20 juin 2019

Ensemble Montréal affirme être «le parti de l’environnement»

Ensemble Montréal affirme être «le parti de l’environnement»
Photo: Josie Desmarais/Métro

L’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal a affirmé jeudi être «le véritable parti de l’environnement» en marge de la présentation de son bilan de fin de session au conseil municipal, ce qui a vivement fait réagir l’administration de Valérie Plante.

«Ensemble Montréal est le véritable parti de l’environnement au municipal à Montréal, pas Projet Montréal», a lancé jeudi le chef de l’opposition officielle, Lionel Perez, en marge d’une conférence de presse à l’hôtel de ville.

Ensemble Montréal a présenté jeudi son bilan des six derniers mois, quelques jours après la tenue de la dernière séance du conseil municipal avant la pause estivale.

Depuis le début de l’année, 14 motions du parti ont été adoptées ou mises à l’étude sur les 22 que celui-ci a présentées lors de différentes séances du conseil municipal. Parmi celles-ci, on retrouve la demande pour la création d’un budget carbone, celle pour la mise en place d’un système d’affichage des résultats des inspections alimentaires sur les commerces de la métropole ainsi qu’une autre à l’effet que les services de la Société de transport de Montréal soient gratuits le lendemain des tempêtes de neige majeures. Cette proposition a d’ailleurs été soumise pour étude à la Communauté métropolitaine de Montréal.

Afin de faire valoir l’importance qu’accorde son parti à la protection de l’environnement, M. Perez a soulevé qu’Ensemble Montréal a été le premier parti à présenter, dès septembre 2018, une motion réclamant l’interdiction du chauffage au mazout en 2028, une proposition qui a ensuite été reprise en mai dernier par l’administration municipale.

«Ensemble Montréal n’a pas de crédibilité lorsqu’ils parlent d’environnement. Leur vision de l’environnement se fait à la pièce en parlant seulement du mazout ou du budget carbone», a répliqué l’attachée de presse du comité exécutif, Laurence Houde-Roy, dans une déclaration écrite envoyée à Métro

Cette dernière a enchaîné en affirmant que l’administration municipale, en poste depuis novembre 2017, «se fait un devoir d’avoir une vision globale en environnement» en mettant en place des mesures qui touchent tant aux transport actif et collectif qu’à la réduction des déchets et au verdissement. 

Alors que le transport est responsable de plus de 40% des émissions de gaz à effet de serre dans la province,«l’opposition se contente du statu quo quant à la place de la voiture en ville et du développement du transport actif et collectif», a ajouté Mme Houde-Roy.

La prochaine séance du conseil municipal aura lieu le 19 août.