Montréal

Plateau: les candidats à la mairie s’engagent à faciliter les terrasses

Plateau: les candidats à la mairie s’engagent à faciliter les terrasses
Photo: Josie Desmarais/MétroMarc-Antoine Desjardins, Jean-Pierre Szaraz et Luc Rabouin ont participé à la rencontre entre les SDC du Plateau et les candidats à la mairie du Plateau-Mont-Royal.

Les trois candidats à la mairie du Plateau-Mont-Royal s’engagent à réduire les frais imposés aux commerçants qui aménagent une terrasse sur la voie publique en été.

Les trois prétendants à la succession de Luc Ferrandez, qui a quitté la politique en mai dernier, ont pris part lundi à un débat organisé par les sociétés de développement commercial (SDC) de l’arrondissement. Celui-ci a eu lieu dans un restaurant de la rue Saint-Laurent.

«Les frais des terrasses sont beaucoup trop élevés depuis bon nombre d’années», a lancé le candidat d’Ensemble Montréal, Jean-Pierre Szaraz. Selon lui, le coût du permis exigé à un commerçant voulant aménager une terrasse doit «baisser drastiquement». 

Réglementation à revoir

À la demande des SDC, les trois candidats ont pris l’engagement de revoir la réglementation entourant les cafés-terrasses dans l’arrondissement. Actuellement, les frais de permis varient en fonction de la superficie occupée par l’aménagement et du rôle foncier en vigueur. Les commerçants qui désirent aménager une terrasse devant leur établissement doivent par ailleurs respecter de nombreuses règles en ce qui a trait au mobilier utilisé et au verdissement.

«On doit être un facilitateur à l’arrondissement. On doit faciliter et non pas être un frein d’expansion pour les commerces», a lancé le candidat de Vrai changement pour Montréal, Marc-Antoine Desjardins.Ce dernier a martelé qu’«il faut réduire les taxes des commerçants».

On retrouve des cafés-terrasses sur les artères commerciales les plus importantes de l’arrondissement. Celles-ci comprennent entre autres l’avenue du Mont-Royal et la rue Saint-Denis. Dans les dernières années, le nombre de terrasses aménagées sur la voie publique a grandement augmenté dans l’arrondissement.

«Aujourd’hui, les terrasses du Plateau sont les plus belles à Montréal […] Mais elles sont aussi parmi les plus chères, on le sait», a reconnu le candidat de Projet Montréal, Luc Rabouin.

Chaque candidat s’est aussi engagé à geler les tarifs pour les cafés-terrasses en 2020. Cette demande des SDC vise à ce que des changements réglementaires aient lieu avant que l’on modifie ces frais.

«L’administration est toujours prête à mettre des bâtons dans les roues des commerçants. Il faut que ça cesse.» -Jean-Pierre Szaraz, candidat d’Ensemble Montréal

Chantiers locaux

Le président de l’Association des commerçants de la rue Rachel, Jean Beaudoin, a pris le micro pendant la période de questions pour réclamer une meilleure gestion des chantiers. Il recommande notamment que l’arrondissement fasse appel à des «designers» pour «bien aménager» les zones de travaux où sont situés des commerces.

«Il y a tout simplement trop de chantiers en même temps», a réagi M. Desjardins.

Les SDC ont par ailleurs proposé aux trois candidats de mettre en place un plan de revitalisation du mobilier urbain et des trottoirs.

«Non, on n’a pas besoin d’un plan pour savoir s’il faut réparer les trottoirs. Il faut réparer les trottoirs», a répondu M. Rabouin. Ce dernier a par ailleurs promis d’ajouter 1000 supports à vélo sur les artères commerciales de l’arrondissement.

Jean-Pierre Szaraz s’est quant à lui engagé à réparer les trottoirs de l’arrondissement «très rapidement».

Le scrutin aura lieu le 6 octobre.