Montréal
16:26 19 mars 2020 | mise à jour le: 20 mars 2020 à 09:45 temps de lecture: 4 minutes

Des centaines d’étudiants évincés des résidences étudiantes de l’Université Concordia

Des centaines d’étudiants évincés des résidences étudiantes de l’Université Concordia
Photo: Josie Desmarais/MétroLa résidence étudiante Maison mère des Soeurs grises de l'université Concordia.

L’Université Concordia forcera des centaines d’étudiants à quitter ses résidences étudiantes afin de prévenir la propagation du nouveau coronavirus. Une décision vivement critiquée par la communauté universitaire.

L’établissement a averti hier les quelque 500 étudiants qui demeurent actuellement dans ces trois résidences étudiantes qu’ils devront quitter leur logement d’ici la fin de la journée, dimanche. Cela leur donne ainsi quatre jours pour se reloger alors que le nombre d’appartements disponibles est à son seuil le plus bas en 15 ans dans la métropole.

«Les frontières sont en train de fermer et beaucoup d’étudiants qui vivent dans la résidence [étudiante] ne peuvent pas retourner dans leur pays ou n’ont simplement pas de plan B», souligne une pétition qui demande à l’université de faire marche arrière sur cette décision. Celle-ci a recueilli jusqu’à maintenant plus de 2400 signatures, un nombre en hausse constante.

«Ça va créer beaucoup de stress et d’anxiété pour les étudiants», déplore à Métro le coordonateur académique à la Concordia Student Union, qui représente les étudiants de l’université, Patrick Quinn.

Prévention du coronavirus

Actuellement, l’Université Concordia ne compte aucun cas de personne infectée au nouveau coronavirus. «Collectivement, nous devons nous assurer de garder cela ainsi», a indiqué jeudi dans un message aux étudiants le recteur de l’établissement, Graham Carr. 

L’université indique ainsi avoir pris la décision de fermer ses résidences étudiantes afin de prévenir la propagation du virus. Il aurait été impossible d’assurer aux étudiants qui y demeurent actuellement de respecter une distance minimale d’un mètre l’un de l’autre, souligne l’établissement. Par ailleurs, à partir du 23 mars, tous les cours de l’université seront offerts en ligne, comme le demandaient des centaines d’étudiants.

«Il y a des étudiants qui vont vouloir rentrer la maison parce que les cours seront en ligne, mais la majorité des vols seront annulés», s’inquiète M. Quinn.

Fermeture des frontières

De plus en plus de compagnies aériennes annulent leurs vols alors que de plus en plus de pays, incluant le Canada, ferment leurs frontières pour prévenir la propagation du nouveau coronavirus. 

«C’est sûr que nous, on est super inquiets. Ce sont des centaines de personnes qui se retrouvent mises à la rue alors qu’on est en pleine crise du logement», déplore la porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), Véronique Laflamme. Cette dernière s’inquiète particulièrement pour les étudiants internationaux, qui sont nombreux à demeurer dans ces résidences. 

L’Université Concordia assure que les locataires évincés obtiendront un remboursement pour leur loyer et leur service alimentaire pour le temps restant entre leur départ et la fin de leur bail. Mme Laflamme craint toutefois que plusieurs d’entre eux peinent à trouver un loyer abordable dans la métropole, dont le marché locatif continue d’être sous pression malgré la crise sanitaire associée à la propagation du coronavirus.

«On ne peut pas mettre des gens à la rue sans qu’ils aient d’autres possibilités de se loger. C’est complètement irresponsable.» -Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU

Cette situation a vivement fait réagir la communauté étudiante de l’université, jeudi.

«Je trouve ça complètement inhumain. On dirait que l’administration manque d’empathie et de compassion», s’offusque Mylène Baghdisar, une étudiante en traduction à Concordia. Selon elle, l’université aurait plutôt dû accroître les mesures d’hygiène dans ses résidences au lieu d’en forcer le départ des étudiants.  

Des exceptions

Contactée par Métro, l’université a assuré qu’elle épaulera les étudiants qui ne réussiront pas à trouver un autre endroit où se loger dans les prochains jours.

«Tous les étudiants qui ne peuvent rentrer chez eux auront des logements et des repas et cela inclut les étudiants étrangers qui ne peuvent partir pour des raisons de restrictions de voyage», indique la porte-parole de l’Université Concordia, Vannina Maestracci. 

Aussi à l’UdeM

L’Université de Montréal a aussi annoncé jeudi aux étudiants de ses résidences étudiantes qu’ils devront quitter celles-ci d’ici lundi. L’établissement indique avoir pris cette décision pour des raisons sanitaires. On précise que l’université s’assurera d’héberger les étudiants qui ne réussiront pas à se reloger d’ici là.

L’Université McGill, pour sa part, n’a pas fermé ses résidences étudiantes, bien qu’elle demande à ses étudiants de faire de l’auto-isolement. Les autres universités montréalaises ont plutôt accru leurs mesures d’hygiène dans celles-ci, sans toutefois les fermer.

Articles similaires