Les choix de la rédac
15:58 20 avril 2020 | mise à jour le: 20 avril 2020 à 17:40 temps de lecture: 4 minutes

Branle-bas de combat pour désengorger le réseau de la santé à Montréal

Branle-bas de combat pour désengorger le réseau de la santé à Montréal
Photo: Josie Desmarais/MétroLes travailleurs de la santé manquent à Montréal.

Tous les yeux sont tournés vers Montréal alors que le total des cas dans la métropole se rapproche des 10 000 et qu’il dépasse les 2000 dans les résidences pour aînés. Pour assurer que le réseau de la santé tienne le coup dans le secteur, Québec fait appel aux professionnels de partout dans la province.

L’Hôtel-Dieu devient par ailleurs l’un des points tournants du système sanitaire montréalais. L’ex-hôpital mettra 200 lits sur pied lundi pour héberger des patients – atteints ou non de la COVID-19 – dont la vie n’est pas en danger.

La situation dans les CHSLD de Montréal inquiète le premier ministre François Legault. Il invite le personnel soignant du reste du Québec à se déplacer vers Montréal, de loin la région la plus touchée de la province.

«On a besoin de vous autres», a convenu le premier ministre, lors de son point de presse quotidien sur la crise sanitaire. Le gouvernement fournira des hôtels au personnel qui se déplacera de l’extérieur du Grand Montréal, a-t-il ajouté.

Aux dernières nouvelles lundi, deux tiers des infections en CHSLD de la province avaient été confirmés sur l’Île de Montréal. Au point où le personnel se fait attendre.

«On manque toujours de plus de 2000 employés dans les résidences», a évoqué M. Legault en point de presse.

Qui est arrivé? Qui se fait attendre?

La semaine dernière, Québec a ouvert la porte à la participation de nombreux professionnels des soins de santé à la bataille dans les CHSLD.

L’Armée canadienne a entre autres envoyé 125 de ses membres sur le territoire québécois. 65 d’entre eux sont dispersés dans cinq CHSLD du Grand Montréal: Yvon-Brunet et Verdun, dans le Centre-Sud, l’Hôpital Verdun, dans l’Ouest de l’Île, ainsi que Val des Arbres et Valeo, à Laval et Saint-Lambert.

Des proches aidants, des médecins et d’autres travailleurs sont en voie d’arriver ou ont déjà posé pied dans ces établissements durement frappés. La semaine dernière, la directrice régionale de la santé publique, Mylène Drouin, a convenu que l’arrivée des proches aidants sur le territoire montréalais devra attendre «quelques jours», surtout dans les zones chaudes.

Plus de 2000 étudiants ont aussi fait le choix de quitter temporairement les bancs d’écoles pour postuler. La ministre de la Santé et des Services sociaux espère les voir arriver sur le plancher «dans les prochains jours».

Après avoir signé une entente médiatisée avec le gouvernement provincial, les médecins spécialistes doivent se présenter «à temps plein» dans les centres de soins longue durée, a tonné le premier ministre, lundi.

Par ailleurs, Québec travaille à «rééplucher» les CV envoyés par le biais du site JeContribue!. Après avoir indiqué que 50 000 personnes avaient appliqué, Québec a constaté que des doublons faussaient la donne. Au total, 19 000 individus ont réellement fait part de leur intérêt.

200 lits

«À la demande du ministère», le Centre hospitalier de l’Université de Montréal a également mis sur pied deux unités «de transition» à l’Hôtel-Dieu de Montréal. Ouverts aujourd’hui, ces locaux doivent accueillir 200 lits.

«Ça permettra aux personnes âgées avec ou sans infection au coronavirus d’attendre que leur établissement d’origine puisse les prendre en charge», a évoqué le président-directeur général du Centre hospitalier de l’Université de Montréal, Fabrice Brunet.

L’Hôtel-Dieu deviendra donc un abris temporaire pour les patients précédemment hospitalisés. Selon Dr Brunet, le gouvernement provincial considère fortement la mise en place d’autres unités du genre.

«Ça va nous permettre de diminuer la pression dans les CHSLD, résidences privées.» – Dr Fabrice Brunet

Articles similaires