Montréal

Budget 2010 de Montréal: Les réactions

Marie-Eve Shaffer et Mathias Marchal - Métro

Voici quelques réactions au dépôt du budget 2010.

Louise Harel, Chef de l’opposition au conseil de ville de Montréal
«Il n’y avait pas pire année pour prendre une telle décision, qui va à l’encontre de toute logique pour stimuler l’économie», a indiqué la chef de l’opposition, Louise Harel, par voie de communiqué. Cette dernière déplore en outre la baisse «significative» des investissements et les coupures «drastiques» dans les budgets d’immobilisation des arrondissements, qui diminueront de 40 M$.

Peter McQueen, Élu de Projet Montréal
«Quand on impose une hausse de taxe aussi importante en période de récession, il faut proposer un projet de société et de relance. Les familles en sortent non seulement appauvries, mais encore, tout est mis en place pour qu’elles quittent la ville», a affirmé Peter McQueen, élu de Projet Montréal.

Michel Depatie, Vice-président de l’Association des Sociétés de développement commercial
«À peine sorti de la crise économique de 2009, imposer ces mesures ne laisse rien présager de bon pour la relance économique et la vitalité de la Ville de Montréal», a dit Michel Depatie, vice-président de l’Association des sociétés de développement commercial.

Michel Leblanc, Président de la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain
«C’est un budget qui propose une augmentation significative du fardeau fiscal des entreprises et des contribuables à un moment où l’économie de Montréal demeure très fragile», selon Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce de Montréal. «Les dépenses municipales augmentent à un rythme «préoccupant», a-t-il ajouté.

André Porlier, Directeur-général du Conseil régional de l’environnement
«Avec cette nouvelle taxe sur le stationnement, Montréal se donne les moyens financiers pour améliorer l’accessibilité au centre-ville en réduisant la circulation automobile et en améliorant l’offre de transport collectif», a déclaré André Porlier, DG du Conseil régional de l’environnement, qui se dit déçu cependant de l’absence d’investissements dans des infrastructures de compostage et de biométhanisation.

Articles récents du même sujet