National
18:00 27 mars 2017 | mise à jour le: 27 mars 2017 à 18:07 Temps de lecture: 2 minutes

Infrastructures: les provinces doivent s’annoncer

Infrastructures: les provinces doivent s’annoncer
Photo: Justin Tang/La Presse canadiennePrime Minister Justin Trudeau speaks to reporters as he arrives for a weekend meeting of the national caucus on Parliament Hill in Ottawa on Saturday, March 25, 2017. THE CANADIAN PRESS/Justin Tang

OTTAWA — Les capitales provinciales ont été prévenues qu’elles devront chiffrer leurs grands projets d’infrastructure admissibles au Nouveau Fonds Chantiers Canada d’ici un an, sans quoi elles pourraient perdre le contrôle sur ces milliards de dollars.

Le gouvernement de Justin Trudeau met la dernière main à la gestion du Nouveau Fonds Chantiers Canada, qui fermera son guichet le 1er avril 2018. Créé en 2014 par le précédent gouvernement conservateur, ce fonds est destiné aux «projets d’infrastructure d’importance nationale, régionale et locale» qui seront réalisés d’ici une dizaine d’années.

Les libéraux ont indiqué qu’ils verseraient toutes les sommes inutilisées dans le Fonds de la taxe sur l’essence, qui vient directement en aide aux municipalités sans qu’elles aient besoin de demander une subvention fédérale. Le gouvernement Trudeau a ainsi déjà versé dans ce Fonds de la taxe sur l’essence les 30 millions $ restants de quatre fonds d’infrastructure de 837 millions $, que les provinces et territoires n’avaient pu épuiser avant la date d’échéance de mars dernier.

Selon Infrastructure Canada, il reste 6,6 milliards $ de l’enveloppe de 8,8 milliards $ allouée à l’origine au Nouveau Fonds Chantiers Canada pour les projets d’infrastructure d’importance nationale et régionale. Les provinces et territoires doivent présenter leurs projets d’ici le 1er avril 2018.

Les libéraux souhaitent que cet argent soit investi rapidement dans les projets afin de stimuler l’économie canadienne dès maintenant — et surtout avant les prochaines élections fédérales prévues en octobre 2019, soit un an et demi seulement après l’échéance du 1er avril 2018.

Mais cette pression exercée sur les provinces pour qu’elles dépensent rapidement l’argent du Nouveau Fonds Chantiers Canada fait craindre que les fonctionnaires d’Infrastructure Canada soient engloutis sous la paperasse au cours des prochains mois. Dans une note au sous-ministre, que La Presse canadienne a obtenue, des hauts fonctionnaires écrivaient en novembre qu’il vaudrait peut-être mieux assouplir et accélérer le mécanisme d’examen des projets à Infrastructure Canada.

Cet embouteillage appréhendé explique pourquoi les libéraux ont décidé de scinder en deux leur vaste programme d’infrastructure promis lors de la dernière campagne électorale: un premier programme de 11,9 milliards $ pour les projets de moindre envergure, rapidement réalisables d’ici 2019, et un autre plus ambitieux de 81 milliards $, pour les vastes projets plus longs à lancer.

Articles similaires