National
17:01 22 novembre 2020 | mise à jour le: 22 novembre 2020 à 17:15 temps de lecture: 3 minutes

Mobilisation des membres de la FIQ devant les bureaux du MSSS

Mobilisation des membres de la FIQ devant les bureaux du MSSS
Photo: Archives/ Métro Média

Dimanche, des professionnelles en soins de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) et du secteur privé (FIQP) se sont installées à l’extérieur des bureaux du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) pendant l’après-midi. Cette mobilisation a eu lieu parce que le personnel de la santé réclame de meilleures conditions de travail. Pour ce faire, la Fédération demande au gouvernement de conclure une entente dans les plus brefs délais alors que les négociations stagnent.

Peu de temps après être arrivées, les personnes présentes ont placardé l’édifice de différents messages. Elles ont l’intention d’y passer plusieurs heures quotidiennement, et ce, pendant plusieurs jours si la situation ne se règle pas. La mobilisation des membres de la FIQ et de la FIQP est à l’image d’un sit-in.

Dans les conditions actuelles, il est difficile de convaincre les professionnelles en soins d’occuper un poste à temps plein, selon la présidente de la FIQ, Nancy Bédard. Celle-ci estime qu’un grand nombre des travailleuses préfèrent travailler à temps partiel entre autres à cause des ratios infirmières-patients dangereux qui existent notamment en CHSLD. Mme Bédard soutient que le gouvernement doit apporter des changements afin de rendre le temps complet plus attrayant.

«Les professionnelles en soins demandent d’être respectées, valorisées et reconnues pour leur travail. Le temps presse et le gouvernement doit conclure une entente avec nous, car il risque d’y avoir de grands dérangements à la grandeur du Québec» -Nancy Bédard, présidente de la FIQ

Le temps plein

Selon la Fédération, cette mobilisation à l’extérieur des bureaux du MSSS était nécessaire afin d’attirer l’attention du gouvernement sur l’enjeu de rendre les postes à temps complet plus intéressants. Pour le moment, les professionnelles sont souvent obligées de faire des heures supplémentaires et elles ne connaissent pas toujours leur horaire d’avance. La FIQ aimerait que ses membres puissent dorénavant travailler au sein d’équipes stables et complètes en plus de bénéficier de congés et d’un revenu bonifié.

Mme Bédard invite le gouvernement à agir dans l’urgence puisque la Fédération réclame des changements concrets depuis plus d’un an.

«On a continué de le faire en pleine pandémie parce qu’il est évident que le système de santé est à l’agonie et que les patient-e-s et les professionnelles en soins méritent mieux, beaucoup mieux! Après tant de mois vraiment éprouvants, c’est le temps de régler. Le réseau de la santé est à ce point fragilisé qu’on ne peut plus attendre.» -Nancy Bédard, présidente de la FIQ.

Vendredi dernier, plusieurs employés du réseau de la santé étaient surpris et frustrés à la fois d’apprendre qu’ils auraient à travailler pendant le temps des Fêtes, les empêchant de célébrer en famille.

Articles similaires